Le cauchemar du Dreamliner se poursuit

Boeing avait déjà accumulé des retards de trois ans dans la livraison de son 787 Dreamliner.<br />
Photo: Agence France-Presse (photo) Ben Stansall Boeing avait déjà accumulé des retards de trois ans dans la livraison de son 787 Dreamliner.

New York — Le constructeur aéronautique Boeing va repousser d'au moins trois mois, voire six ou plus, les premières livraisons de son avion de nouvelle génération, le 787 Dreamliner, qui suscite désormais la méfiance des autorités américaines, a affirmé hier le Seattle Times.

L'avionneur doit annoncer prochainement un nouveau calendrier de livraison pour le 787, déjà en retard de trois ans. Le groupe a en effet rencontré des problèmes techniques, en particulier un incendie lors d'un vol d'essai début novembre. Mais «les problèmes vont bien au-delà des derniers contretemps», selon le quotidien américain, basé dans l'État de Washington où se situent les principales usines de Boeing.

«Un responsable de l'Administration fédérale de l'Aviation (FAA) a prévenu il y a dix jours Boeing que, faute de nouvelle preuve de la fiabilité de l'avion, elle ne lui accorderait pas le certificat de vol pour les itinéraires intercontinentaux», écrit le Seattle Times.

Le journal fait par ailleurs état de nouveaux problèmes de conception, notamment une forte condensation qui se forme dans le fuselage. «La quantité [de problèmes rencontrés] est horrible. On ne devrait pas faire face à tant de difficultés à un stade aussi avancé du programme», a indiqué un ingénieur, cité par le Seattle Times.

Le quotidien Les Échos affirmait début décembre que la première livraison, due à la compagnie japonaise ANA et actuellement prévue au premier trimestre, serait retardée jusqu'à l'été.
1 commentaire
  • lemauditfrancais - Inscrit 21 décembre 2010 06 h 07

    vu depuis la France...

    Ah, en aéronautique, les problèmes concernent tous les constructeurs, et pas seulement EADS-Airbus...
    C'est comme le F35, que le gouvernement fédéral canadien se montre bien pressé à acheter.... Il pourrait aussi songer au Rafale français, qui n'est quand même pas si mal que cela...
    Mais je suis lucide, et je sais très bien qu'en matière de haute technologie, et de matériel militaire, monsieur Harper ne voudra jamais faire la moindre peine au grand frère américain!

    Voilà... Noël approche, et la France a bien des problèmes avec ses aéroports et ses routes bloquées par la neige. Et là, de ce côté là, nous avons beaucoup de leçons à recevoir de vous, parce que la neige, vous connaissez bien...

    Bien amicalement à tous, journalistes et lecteurs du Devoir

    Christian, le maudit français