Les ménages canadiens ont dépensé moins en 2009

Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir

Ottawa — Les dépenses moyennes des ménages ont diminué de 0,3 % pour s'établir à 71 120 $ en 2009. Il s'agit de la première baisse depuis 1997, la première année au cours de laquelle Statistique Canada a compilé des données sur ce sujet.

Pendant la même période, le taux moyen d'inflation mesuré par l'Indice des prix à la consommation a atteint 0,3 %.

Les impôts personnels ont représenté 20,2 % du budget des ménages moyens en 2009 alors que les dépenses pour le logement ont atteint 19,8 %, le transport, 13,7 % et l'alimentation, 10,2 %. Tous ces taux sont sensiblement les mêmes que ceux de l'année précédente. Les dépenses sur les biens et services ont toutefois chuté de 0,7 % entre 2008 et 2009.

Les dépenses moyennes des ménages ont diminué dans cinq provinces: Terre-Neuve-et-Labrador, l'Île-du-Prince-Édouard, le Québec, l'Ontario et l'Alberta. Les baisses les plus marquées ont été enregistrées à l'Île-du-Prince-Édouard (- 3,1 %) et en Alberta (- 2 %). Les ménages albertains surclassent néanmoins toutes les autres provinces au chapitre des dépenses avec une moyenne de 84 976 $.

La plus forte croissance des dépenses a été enregistrée au Manitoba (+ 4,9 %).

En 2009, les ménages ont réduit leurs dépenses pour les articles discrétionnaires ou non urgents. Ils ont également diminué leurs achats d'articles de loisir et d'ameublement.

Par contre, les dépenses relatives aux réparations et à l'entretien des logements ont connu une forte hausse. Entre 2008 et 2009, elles ont ainsi augmenté de 22 %. Statistique Canada estime que cette croissance est due au programme de crédit d'impôt pour la rénovation domiciliaire mise sur pied par Ottawa.

Les dépenses liées au loisir sont celles qui ont connu les baisses les plus marquées. Étant donné la diminution de 5,5 %, elles ont atteint 3840 $ en moyenne. Celles consacrées aux équipements de sport, aux équipements informatiques et au matériel photographique se sont également repliées.

En moyenne, chaque ménage canadien a consacré l'an dernier 620 $ à la téléphonie cellulaire, une augmentation de 13 %. Ainsi, pour la toute première fois, ces dépenses surpassent celles qui sont consacrées aux lignes terrestres. La proportion de ménages canadiens qui possèdent une ligne terrestre est passée à 89 %. Il s'agit du plus bas niveau enregistré depuis 1965.