Electrolux ferme à L'Assomption 1300 personnes perdront leur emploi

Poursuivant une stratégie de déploiement vers les pays à faibles coûts de main-d'œuvre, Electrolux fermera son usine de L'Assomption, en banlieue de Montréal. Cette fermeture, qui coûtera 1300 emplois, sera graduelle et débutera en 2012.

Par voie de communiqué, Electrolux Major Appliances North America a annoncé hier sa décision de fermer son usine de production de L'Assomption et de transférer sa production à une nouvelle usine. La fermeture débutera au deuxième semestre de 2012 pour devenir définitive au quatrième trimestre de 2013. L'usine produit des électroménagers de cuisine et emploie environ 1300 personnes. «La société maintiendra environ 75 emplois à son centre de recherche et développement pour une période supplémentaire de 6 à 12 mois», a-t-elle ajouté.

Cette décision s'appuie sur une stratégie de délocalisation des activités de production du numéro deux mondial de l'électroménager vers les pays à faibles coûts. L'entreprise fabrique notamment les marques Electrolux et Frigidaire. Le vice-président, Exploitation, Billy Benson, a soutenu hier «que plusieurs des principaux fabricants d'électroménagers ont réduit leur structure de coûts en s'installant dans des marchés à moindres coûts. En plus des défis posés par la récession, les consommateurs demandent des produits à prix concurrentiels offrant les plus récentes technologies, ce qui force les fabricants à investir continuellement pour innover tout en gérant leurs coûts», peut-on lire dans le communiqué.

De plus, au terme d'une étude dite exhaustive «des alternatives pour l'amélioration de la rentabilité des produits de cuisson de la société», l'entreprise a conclu que l'usine de L'Assomption n'est pas viable. «Nous comprenons l'impact de cette décision sur nos employés et sur la communauté, a-t-il ajouté. Nous faisons cette annonce plus d'un an et demi avant la première transition de production — et dans certains cas dans trois ans ou plus — pour permettre aux employés de prévoir leur avenir et pour donner à la communauté le temps de trouver des alternatives pour son développement économique.»

La direction s'est engagée à travailler avec le syndicat et les ministères concernés afin de s'assurer que les employés recevront le soutien nécessaire. Le tout dans le respect des modalités de la convention collective.

En octobre dernier, les deux géants de l'électroménager, l'américaine Whirlpool et la suédoise Electrolux, anticipaient un recul de la demande aux États-Unis alors qu'en Europe, la reprise demeure anémique. Et les analystes retenaient qu'une grande partie de la demande provenait de clients remplaçant leurs anciens appareils par des modèles moins coûteux, ce qui n'est pas sans exercer des pressions à la baisse sur les marges bénéficiaires. Les deux grands groupes disaient miser plus que jamais sur les réductions de coûts et le développement des marchés émergents, selon un article de Reuters.

Electrolux a éliminé 3000 emplois dans le monde en 2009. L'entreprise, qui vend annuellement plus de 40 millions de produits dans 150 pays, estime que 60 % de sa production en volume viendra des pays à faibles coûts de main-d'oeuvre en 2011, contre 50 % cette année. En 2009, Electrolux a réalisé un chiffre d'affaires de 14,3 milliards $US et comptait quelque 51 000 employés.

Surpris, le député péquiste de L'Assomption,Scott McKay, a parlé de conséquences désastreuses, tant pour les employés que pour la région de Lanaudière, et réclamé «que le gouvernement du Québec se mette rapidement au service des intervenants du milieu afin de sauver les 1225 emplois de l'usine Electrolux».
3 commentaires
  • Bernard Gervais - Inscrit 15 décembre 2010 08 h 06

    Comme à Huntingdon en 2004

    Hier, soit le 14 décembre, la compagnie suédoise Electrolux a donc annoncé officiellement la fermeture de son usine de l'Assomption, une décision qui entrainera, comme le rapportent les médias, le licenciement de 1 300 travailleurs !

    Ce n'est peut-être qu'une coïncidence, mais le même jour, en 2004, 6 compagnies de textiles décidaient, sans préavis, de fermer leurs installations d'Huntingdon, provoquant ainsi la suppression de 800 emplois, un terrible choc pour cette petite municipalité de moins 3 000 habitants !

    Décidément, certaines entreprises ont une drôle de façon de souhaiter de joyeuses fêtes à leurs employés ! Quel mépris !

    Quand on pense que ces compagnies, comme bien d'autres d'ailleurs, avaient reçu de généreuses subventions de l'État ! Indécent !

  • emet - Inscrit 15 décembre 2010 08 h 16

    Electrolux made in china

    Le consommateur devrait s'interdire d'acheter ces produits délocalisés en Chine et ailleurs. De toute façon ces produits ne seront pas moins chers chez nous, alors faisons une" grève" sans fin d'achat de ces produits qui de plus plombent le déficit de notre commerce extérieur.

  • 93Licar - Inscrite 15 décembre 2010 19 h 42

    Subventionner ou investir?

    Dans Le Devoir du 14 décembre 2010 :

    «Sainte-Anne-de-Bellevue — Québec versera une subvention de 9 millions pour permettre à la firme MacDonald, Dettwiler (MDA) et associés d'agrandir ses installations de Sainte-Anne-de-Bellevue, dans l'ouest de l'île de Montréal.

    À cette contribution non remboursable s'ajouteront un prêt sans intérêt de 9 millions et une aide financière de 900 000 $ pour la formation des employés, de sorte que l'investissement gouvernemental totalise 19 millions.

    Le projet, d'une valeur totale de 42 millions (...)»

    ««Nous avons la totale conviction que l'investissement que nous faisons aujourd'hui va se répercuter plusieurs fois dans l'économie du Québec et sur plusieurs générations», a renchéri M. Charest.»

    Était-ce, ce qu'il avait promis aux travailleurs d'Électrolux?

    On l'applaudit!

    Christiane Gervais