Transports en commun - Un créateur d'emplois plus fort que la voiture

L’argent investi dans les transports en commun crée trois fois plus d’emplois que l’argent injecté dans le transport par voiture, selon la Chambre de commerce de Montréal.<br />
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir L’argent investi dans les transports en commun crée trois fois plus d’emplois que l’argent injecté dans le transport par voiture, selon la Chambre de commerce de Montréal.

Utiliser les transports en commun coûte trois fois moins cher que d'utiliser l'automobile, et son impact sur l'économie est trois fois supérieur à celui du transport routier. Malgré les vertus indéniables du transport collectif, la Chambre de commerce du Montréal métropolitain estime que certains politiciens ont tort de vouloir imposer des contraintes indues aux automobilistes.

Chaque fois qu'on dépense 10 millions de dollars dans le transport par voiture, il se crée 66 emplois au Québec, mais ce chiffre grimpe à 183 emplois lorsqu'on investit une telle somme dans les transports en commun, révèle une étude rendue publique hier par la Chambre de commerce, qui a analysé l'impact de ces deux modes de transport sur le développement économique de la métropole.

Le transport collectif a aussi un effet positif sur les finances des ménages qui l'adoptent puisqu'il coûte 16 ¢ du kilomètre contre 47 ¢ pour la voiture. Les multiples avantages liés aux transports en commun font dire au président de la Chambre, Michel Leblanc, que des investissements massifs devront y être consacrés au cours des prochaines années.

Le Plateau raisonne à l'envers


M. Leblanc met toutefois en garde les élus qui préconisent des mesures dissuasives à l'égard des automobilistes sans leur proposer de solution de remplacement intéressante en matière d'offre de transport collectif. Ses critiques visent plus particulièrement les élus du Plateau Mont-Royal qui, avec leur nouvelle politique de stationnement, raisonnent à l'envers, selon lui, en plus de mettre en péril la viabilité des artères commerciales. «Je pense qu'il y a certains politiciens qui sont dans l'erreur et qui veulent faire les choses à l'envers, a-t-il expliqué. Il faut stimuler le transfert modal par des investissements en amont et, par la suite, procéder à des ajustements au niveau des taxes sur le stationnement et du nombre de places de stationnement.»

Michel Leblanc ne semble pas particulièrement enthousiaste à l'égard d'un éventuel retour du tramway à Montréal. Selon lui, le climat de la métropole n'est pas adapté à ce mode de transport coûteux à implanter. Montréal devrait se tourner vers les trolley-bus et les autobus articulés, fait-il valoir.

Peu étonné

Présent à la conférence de presse, le président du conseil d'administration de la Société de transport de Montréal, Michel Labrecque, s'est dit peu étonné des critiques de M. Leblanc à l'égard des mesures contraignantes appliquées aux automobilistes. «Ça ne m'étonne pas que des gens qui sont dans une logique d'amélioration de services disent: "Pourquoi vous écoeurez le monde?" Mais en même temps, on sait très bien que, dans toutes les politiques urbaines, si vous déployez une augmentation de l'offre à l'auto "soloïste", si vous construisez des autoroutes à huit voies de plus et si vous offrez des stationnements gratuits, le transport collectif ne sera jamais concurrentiel», a-t-il résumé.

Quant au tramway, M. Labrecque souligne qu'il ne s'agit pas uniquement d'un moyen de transport, mais également d'un efficace outil de revitalisation urbaine.
27 commentaires
  • André Boulanger - Inscrit 27 novembre 2010 07 h 06

    Le Plateau est vert par défénition

    J'ai voté Projet Montréal aux dernières élections. J'aurai pu voter Michel Labrecque.

    Le Plateau est vert par définition.

    La crise du stationnement sur le Plateau était inévitable et annoncée par la développement immobilier et la bulle commerciale du Plateau.

    1400 commerces pour 101,000 habitants ça donne un ratio de 1 commerce pour 75 habitants. Et on voudrait encore plus de parking ?

    Les automobilistes disent ont va lâcher notre char quand il y aura du transport en commun.

    Le TC ne peut se développer sans tasser l'auto.

    C'est ce que fait le plan de Ferrandez avec la réappropriation 1500 places de stationnnemnt qui feront place à des lignes d'autobus, des espaces réservées à Communauto et à la sécurisation des intersections.

    Un excellent plan pour ceux qui prennent le temps de le lire.

  • Rodrigue Tremblay - Inscrit 27 novembre 2010 08 h 43

    Les wagons de Bombardier

    Bombardier vient d'avoir un contrat en Allemagne de 168 wagons au cout de 271 millions de dollars US, soit 1,6 million par wagon.

    A Montréal (pardon à La Pocatière) on va fabriquer des wagons à 2,6 millions de dollars l'unité.

    http://www.bombardier.com/fr/bombardier/galerie-de

  • André Boulanger - Inscrit 27 novembre 2010 08 h 55

    Pourquoi j'appuie le retrait des espaces de stationnements aux intersections ?

    Pourquoi j'appuie Projet Montréal et son équipe, pour ceci :



    http://www.radio-canada.ca/actualite/lafacture/265

    Un reportage de la facture en 2003.

  • Jason Keays - Inscrit 27 novembre 2010 09 h 12

    Tramway

    Il dit que le tramway est innadapté au climat de montréal...

    C'est surement pour ca que Montréal a eut un Tramway pendant 60 ans avec des technologie moins évolué qu'aujourd'hui,,,,


    Les gens ne réfléchissent pas avant de parler

  • lefoudunord - Inscrit 27 novembre 2010 09 h 24

    le cout réel SVP!

    Je ne suis vraiment pas prêt a laisser toute la liberté que m'apporte l'automobile. J'ai les moyens d'en avoir une, et tant que j'aurai ces moyens j'en aurai une!

    Mais ici ont parle de cout pour l'utilisateur. J'aimerais savoir le cout RÉEL au km pour le transport en commun. Car presque TOUT les transport en commun son subventionner a fond par nos taxes et impôts.

    J'aimerais bien que ces taxes servent a la santé a l'éducation qui en a bien besoin. Moi je suis pour l'utilisateur payeur. SI Ca coute 200$ par mois une passe? bien voila! c'est encore moins cher qu'une auto. Les gens des régions qui paye cher en impôts et en taxes en ont rien a cirer des transport en commun de la grande ville... il y en a pas chez eux! Vous en voulez a Montréal? payez vous les! venez pas "queter" les gouvernements et peser votre POIDS politique en détriment des régions qui ont des routes ressemblants a des Gruyere!

    En plus, si une parti de ces subvention etais donner pour le developpement de l'automobile a émission zéro, je crois qu'il y en aurrais déja sur nos routes!