Toronto termine la semaine en hausse

La Bourse de Toronto a clôturé en hausse, hier, à la suite du dévoilement de données montrant une progression de la croissance au Canada. L'indice composé S&P/TSX a gagné 112,15 points, à 12 676,24 points. Le dollar canadien a terminé la journée en hausse de 12 centièmes, à 98,02 ¢US, tandis que le prix du pétrole a retraité de 75 ¢US, à 81,43 $US le baril.

Aux États-Unis, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a progressé de 4,54 points, à 11 118,49 points. L'indice composé du Nasdaq a gagné 0,04 point, à 2507,41 points, tandis que l'indice élargi S&P 500 a glissé de 0,52 point, à 1183,26 points.

La Bourse de New York se prépare à une semaine cruciale pour l'économie américaine, avec une réunion de la banque centrale, les élections législatives de mi-mandat, mais aussi les toujours très importantes statistiques mensuelles de l'emploi.

Sur la semaine écoulée, l'indice des 30 valeurs vedettes de Wall Street, le Dow Jones, a cédé 0,1 %. Il avait fini mardi à 11 169,46 points, au plus haut depuis fin avril, à moins de 100 points de son sommet de l'année. Il a pris 11 % depuis début septembre, et 3 % sur le seul mois d'octobre.

Le Nasdaq, à dominante technologique, a gagné 1,1 % tandis que l'indice élargi Standard & Poor's est resté quasi inchangé.

La semaine a été très hésitante, à l'image des trois dernières séances, finies à l'équilibre. «C'est intéressant de voir que le marché n'a pas beaucoup bougé, alors que la semaine a été tellement chargée en résultats d'entreprises [qui se sont révélés] dans l'ensemble meilleurs que prévu», souligne Craig Peckham, de la maison de courtage Jefferies. «C'est cohérent avec un marché qui marque une pause», ajoute-t-il. «On va connaître trois variables macroéconomiques très importantes: les élections, la réunion de politique monétaire de la Fed et les chiffres de l'emploi».

Sur ce plan, la journée de mercredi sera particulièrement chargée. Dès l'ouverture, les investisseurs pourront réagir aux résultats des élections législatives, qui se seront tenues la veille. Dans l'après-midi, la banque centrale diffusera son communiqué de politique monétaire, et annoncera probablement de nouvelles injections de liquidités sur les marchés pour relancer l'activité.

Les spéculations entourant ces mesures ont largement soutenu la Bourse depuis la mi-septembre. Les rumeurs ont animé les marchés toute la semaine: les économistes de Goldman Sachs ont avancé le chiffre de 2000 milliards de dollars au total, alors que le Wall Street Journal a lui évoqué «une approche mesurée», avec un programme de quelques centaines de milliards de dollars.

Sur le plan politique, les investisseurs parient largement sur une victoire républicaine, espérant une politique fiscale plus favorable aux plus riches et une régulation moins restrictive. «Le marché anticipe que les républicains vont s'emparer de la Chambre des représentants, mais pas du Sénat», note Gina Martin, de Wells Fargo Securities. «Si c'est ce qui se passe, je ne m'attends pas à une forte volatilité. Une issue différente pourrait avoir des répercussions».