L'immobilier reprend de la vigueur au Québec, selon Desjardins

La construction neuve a quant à elle connu un petit soubresaut en septembre par rapport à août, mais cela n'a pas permis d'effacer la baisse enregistrée au cours des mois précédents.
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir La construction neuve a quant à elle connu un petit soubresaut en septembre par rapport à août, mais cela n'a pas permis d'effacer la baisse enregistrée au cours des mois précédents.

Le marché immobilier québécois reprend finalement de la vigueur après un plongeon en début d'année, si l'on se fie à l'Indice de l'habitation Desjardins publié hier.

Cet indice a enregistré une hausse de 0,8 % en septembre, sa première depuis le printemps. D'après Desjardins, cette augmentation constitue un pas dans la bonne direction, même s'il est encore trop tôt pour conclure que le ralentissement dans le secteur résidentiel est terminé. Pour l'économiste Hélène Bégin, la situation revient progressivement à la normale et le marché retrouve son équilibre, comme en témoigne l'apaisement des prix des habitations.

L'activité dans le marché de la revente a ralenti depuis les sommets atteints au début de l'année, mais à environ 75 000 transactions par mois, elle demeure nettement supérieure à celle qui prévalait pendant la récession. La construction neuve a quant à elle connu un petit soubresaut en septembre par rapport à août, mais cela n'a pas permis d'effacer la baisse enregistrée au cours des mois précédents. La construction de condos demeure toutefois très forte à Montréal et dans les environs.

Dans son analyse, Desjardins souligne que les faibles taux hypothécaires, qui demeurent près de leur niveau historique, de même que la bonne tenue de l'emploi sont encourageants pour le marché immobilier résidentiel au Québec.