Agents immobiliers: les propriétaires pourront payer seulement les services de leur choix

L’Association canadienne de l’immeuble et ses membres ne pourront désormais exercer de discrimination envers des agents immobiliers désirant offrir de simples services de publication de propriétés à vendre.<br />
Photo: Jacques Grenier - Le Devoir L’Association canadienne de l’immeuble et ses membres ne pourront désormais exercer de discrimination envers des agents immobiliers désirant offrir de simples services de publication de propriétés à vendre.

Saint-Jean, T.-N.-L. — Les délégués des conseils locaux en immobiliers ont ratifié hier une entente entre le Bureau de la concurrence Canada et le secteur immobilier. Celle-ci permettra aux consommateurs de choisir les services qu'ils veulent recevoir lorsqu'ils vendent leur maison et de ne payer que pour ces services en particulier.

L'entente a été conclue après plusieurs mois de négociations entre le chien de garde de la concurrence et l'Association canadienne de l'immeuble (ACI) qui représente près de 100 000 agents immobiliers.

Le président de l'ACI, Georges Pahud, s'est dit très satisfait de la ratification, ajoutant que cette entente — valable pour les dix prochaines années — allait permettre d'aider davantage les consommateurs dans la plus grande décision financière de leur vie, soit acheter ou vendre une propriété.

«Pour les propriétaires canadiens, cela permet de s'assurer qu'ils auront la liberté de choisir les services qu'ils veulent recevoir de la part d'un agent immobilier, et de ne payer que pour ces services», a indiqué la Commissaire à la concurrence, Melanie Aitken.

Selon les nouvelles règles en vigueur, l'ACI et ses membres ne pourront exercer de discrimination envers des agents immobiliers désirant offrir de simples services de publication de propriétés à vendre. Dans le cas d'une telle annonce, le vendeur retient les services d'un agent immobilier uniquement pour faire inscrire sa propriété, et accepte de se charger lui-même de tous les autres aspects de la transaction.

Le Bureau de la concurrence a longtemps fait pression sur l'ACI pour qu'elle modifie des règlements qualifiés d'«anti-concurrence», en faveur des agents et des consommateurs qui voulaient avoir accès à des services plus flexibles.

Certains experts affirment toutefois que les portes vers des services plus abordables ne seront pas immédiatement ouvertes en grand, le secteur étant dominé par des agents qui sont traditionnellement réticents à modifier leur modèle d'affaires.

Ceux-ci partagent les 5 % de la commission de la vente avec l'agent de l'acheteur.

En février 2010, la commissaire de la concurrence a contesté, devant le Tribunal de la concurrence, les règles anticoncurrentielles imposées par l'ACI aux agents immobiliers qui inscrivent des propriétés résidentielles dans le système Service interagences. Le Bureau a entamé sa contestation à l'issue de trois ans de discussions et de plusieurs mois de négociations intensives avec l'ACI.

Avec la ratification d'hier, l'entente sera légalement obligatoire à partir d'aujourd'hui, et demeurera en vigueur pour les dix prochaines années, avec de lourdes pénalités pour toute violation.
3 commentaires
  • thethornbirds - Inscrit 25 octobre 2010 13 h 06

    Combien les propriétaires devront-ils payer pour les services de leur choix?

    Qui déterminera le coût des services à la carte? Sur quelles balises sera évalué chaque service? Les courtiers et agents immobiliers ont souvent le gros bout du bâton et trouveront bien le moyen de justifier les coûts de certains services qui, bien souvent, sont gonflés par quelques artifices. En effet, qui n'a pas déjà remarqué que les annonces placées dans les quotidiens regorgent de photos d'agents ou de courtiers dans le but d'attirer l'œil? Cette façon de mettre en valeur leurs annonces sera-t-elle revue? Si ce type de dépenses est assumé par les agents eux-mêmes (dépenses aux fins du travail), il n’est pas dit que les vendeurs ne paieront pas trop cher chaque service qu’ils choisiront. De plus, les forfaits multiservices qu’il serait possible d’offrir pourraient être difficiles à comparer. N’est-ce pas ce qui se passe dans le secteur très prolifique des télécommunications?

  • Ginger Walsh - Inscrit 25 octobre 2010 16 h 22

    Enrichir Power Corporation

    Les agents immobiliers qu’on doit maintenant appeler courtiers depuis peu, travaillent tous sous la bannière d’un courtier agréé.

    Ce courtier agréé doit avoir 5 ans d’expérience dans le domaine avant de pouvoir ouvrir une agence immobilière.

    Les services à la carte seront facturés selon les normes prévalant dans les agences immobilières comme Royal Lepage, Remax, etc.

    Il y aura quelques écarts dans les prix, mais ce sera minime.

    Ce que beaucoup croient aujourd'hui c’est que tous les courtiers immobiliers viennent de recevoir une gifle et vont faire faillite.

    Énorme erreur! Cela pourrait être le contraire. En facturant leurs services à la carte, les courtiers vont être en concurrence avec DuProrpio.com.

    Une fois, le pied dans la porte, qui dit que le vendeur n'engagera pas le courtier parce que ce SERA un courtier qui enregistrera la maison à vendre sur MLS. PAS LE VENDEUR.

    Savez-vous qu’il y a 40% de courtiers qui gagnent autour de 40,000$ par année.

    Seulement 25% gagnent 100,000$

    Et à peine 4% gagnent 200,000$

    Ce que beaucoup ignorent, c’est que l’agence DuProprio.com, propriété de POWER CORPORATION, se réjouit aujourd’hui parce qu’elle croit que le public sera mieux servi par la concurrence.

    Mais POWER CORPORATION par le biais de DuProprio.com vient peut-être de mélanger les boules, mais pas de signer l’arrêt de mort des courtiers immobiliers.

    Avant, nous avions des personnes, agents (courtiers) immobiliers qui gagnaient leur vie, maintenant, le public VENDEUR, s’inscrira sur DuProprio.com pour enrichir POWER CORPORATION.

    Et tout propriétaire devra quand même payer des frais à un courtier immobilier pour inscrire sa maison à vendre sur le MLS.

    Un GROS a gagné une bataille pour assomer des PETITS!

  • Jacques Lafond - Inscrit 25 octobre 2010 17 h 03

    Pauvres clients

    Les quelques acheteurs et vendeurs qui choisissent depuis toujours de ne pas faire affaire avec un courtier immobilier pour acheter ou vendre une maison pensent, depuis toujours, qu'il font une bonne affaire parce qu'ils pensent sauver quelques milliers de dollars en commission.

    Depuis toujours, ces acheteurs et vendeurs se trompent royalement. Ils sauvent peut-être un peu sur la commission, mais ils perdent royalement sur le service, et très très souvent ils perdent aussi sur le prix final de la transaction.

    Ils sont donc en $ dollars réels perdant; et souvent de très gros perdants.

    Cette nouvelle entente va probablement faire qu'il va avoir encore plus de gens qui vont perdre; mais d'un autre côté, peut-être pas. Avec cette nouvelle entente, possiblement, encore plus de gens vont faire affaire finalement avec un courtier immobilier ...

    On verra ...