Politique monétaire - Le FMI metles États-Unis en garde... et félicite la Chine pour avoir relevé ses taux

Washington — Le Fonds monétaire international (FMI) a félicité hier la Chine pour sa décision au sujet de sa politique monétaire prise deux jours auparavant, et a appelé les États-Unis à réfléchir soigneusement à celle qu'ils s'apprêtent à prendre.

«Nous soutenons la décision de la banque centrale de Chine de relever ses taux», a affirmé un porte-parole du Fonds, David Hawley, interrogé lors d'un point de presse à Washington sur le relèvement de deux taux de référence d'un quart de point par la Banque Populaire de Chine. «Étant donné le rythme de la reprise en Chine, il est adéquat de voir la banque centrale continuer à retirer son soutien monétaire et faire revenir le taux de croissance du crédit à des niveaux plus normaux», a-t-il ajouté.

États-Unis


Interrogé sur la nouvelle injection de liquidités envisagée par la banque centrale américaine, la Fed, M. Hawley a eu des commentaires plus prudents. «Il faut reconnaître que toute mesure de politique monétaire ou budgétaire prise par les États-Unis ou un autre pays d'importance systémique comporte des implications pour les autres pays», a-t-il répondu. «Et cela ne sert qu'à souligner quelle est notre position, qui veut qu'une réaction politique coordonnée est importante pour faire en sorte que les bénéfices des politiques d'un pays soient plus largement partagés», a conclu M. Hawley.

Des économistes de plusieurs pays émergents comme la Chine et le Brésil accusent les États-Unis d'être la principale source des déséquilibres dans les taux de change mondiaux, en inondant leur système financier de dollars qui fuient vers les économies à plus forte croissance.

Le FMI prévoit de publier des rapports qui étudieront les conséquences des choix de politique économiques des principales puissances sur les autres pays, une façon selon lui d'«affûter son travail de surveillance».