Achat de Corus - Cogeco fait une mise en garde au CRTC

Le CRTC a conclu hier ses deux journées d'audience sur la demande de Cogeco de se porter acquéreur des 11 stations de radio de Corus au Québec.

Cogeco demande une exception à la politique de propriété commune qui lui permettrait de détenir plus de stations FM que permis dans le marché francophone de Montréal. Cette demande d'exception pour le 98,5 FM, qui serait la tête de sa future agence de nouvelles qui desservirait les régions, a été au coeur des deux journées d'audience du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC).

À la fin des audiences, hier, la direction de Cogeco a prévenu que si le CRTC devait exiger qu'elle se départisse du 98,5 FM, elle se plierait malgré tout à la décision. Toutefois, «cette décision mettrait fin au projet de Cogeco Nouvelles et de la mise en place d'une véritable alternative en radio d'information et d'affaires publiques au Québec», a averti Yves Mayrand, vice-président affaires d'entreprise chez Cogeco.

Et il prévient que si Cogeco devait revendre le 98,5 FM, rien ne garantit que le futur acheteur en conserverait la formule de radio d'information à prédominance verbale qui a fait son succès dans le marché de Montréal.

Il avertit également qu'il ne peut garantir à moyen terme la survie des stations «fortement déficitaires depuis de nombreuses années» dont il hériterait dans les régions de Sherbrooke, Trois-Rivières et Gatineau.

Au cours de la dernière journée d'audience, le groupe qui s'était aussi montré intéressé à acheter en tout ou en partie les stations de radio de Corus, Tietolman Tétrault Média, est venu plaider sa cause.

Tietolman Tétrault (T&T) a réitéré qu'il était prêt à acquérir ces stations, en tout ou en partie, et même à rouvrir les chaînes d'information radio continue en anglais et en français que Corus avait fermées, en plus d'investir dans les stations déficitaires de Sherbrooke, Gatineau et Trois-Rivières, qui font partie de la transaction Cogeco-Corus.

T&T a aussi présenté un projet différent, qui mise beaucoup plus sur la chanson francophone, favorisant particulièrement la relève. «Le CRTC a un choix viable et valable devant lui à l'offre de Cogeco», a lancé Paul Tietolman, président de Tietolman Tétrault Média.

Le CRTC a toutefois mis un frein à l'enthousiasme du groupe, lui rappelant qu'il était là pour étudier la demande de Cogeco, non pour évaluer deux offres concurrentes pour ces stations de radio.