Chantiers navals: Ottawa lance le processus de sélection

Le gouvernement fédéral a mis en branle hier son processus de sélection de deux imposants chantiers navals pour la construction de 29 à 31 navires de grande taille, tant pour la Marine canadienne que pour la Garde côtière. Une valeur en contrats qui atteindra près de 30 milliards de dollars sur une période de 30 ans.

Le ministère des Travaux publics a lancé hier une Demande d'expression d'intérêt et de qualification (DEIQ), première étape pour savoir quels sont les chantiers du pays souhaitant participer aux appels d'offres de janvier prochain. Ottawa s'attend à ce que 4 ou 5 entreprises se disent intéressées et cherchent à poser leur candidature.

Au Québec, la seule compagnie qui peut espérer participer à l'appel d'offres est Chantiers Davie, à Lévis. «Nous répondons à tous les critères, alors c'est une formalité. On va signifier notre intérêt», a dit au Devoir Marie-Christine St-Pierre, vice-présidente aux communications de l'entreprise. Chantiers Davie, qui est placée sous la protection des tribunaux depuis février dernier afin de se restructurer, a obtenu un délai de la cour jusqu'au 29 octobre prochain.

Être choisi comme l'un des deux grands chantiers par le fédéral pourrait sauver Chantiers Davie. «Des investisseurs potentiels regardent avec intérêt comment le processus fédéral va se dérouler», dit Mme St-Pierre. Avant sa fermeture, Chantiers Davie employait 1700 travailleurs.

Combat et autre

Dans la DEIQ, on peut lire qu'Ottawa cherche deux chantiers de grande taille, l'un pour construire des navires de combat, l'autre pour bâtir des bateaux qui ne sont pas destinés au combat.

Le chantier pour les navires de combat sera choisi en premier, puisqu'il concerne les contrats les plus lucratifs. Quinze frégates et destroyers seront construits, en plus de 6 à 8 navires de patrouille en Arctique. Le total devrait atteindre 25 milliards de dollars.

L'autre chantier obtiendra les contrats pour les 3 navires de soutien interarmées pour la Marine, ainsi que le brise-glace polaire, le navire hauturier de sciences océanographiques et les 3 navires hauturiers de sciences halieutiques pour la Garde côtière. La valeur de ce volet sera de près de 5 milliards de dollars.

La DEIQ se termine le 5 octobre. Ensuite, une entreprise privée fera une évaluation des entreprises intéressées. Celles qui sont admissibles pourront participer à l'appel d'offres de janvier 2011. Le premier chantier choisi sera annoncé en juin 2011.