Affaire Norbourg - Le nouveau procès pourrait durer jusqu'en janvier

Jean Cholette, un des cinq accusés.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Jean Cholette, un des cinq accusés.

Le nouveau procès des cinq présumés complices de Vincent Lacroix dans l'affaire Norbourg promet d'être moins complexe pour le jury, mais il risque de s'étirer jusqu'en janvier.

Les jurés, qui seront choisis à compter de lundi prochain, doivent s'attendre à consacrer tout l'automne à cette cause célèbre, et une partie du mois de janvier, tout en profitant d'un répit durant la période des Fêtes.

Les avocats ont passé une bonne partie de la journée d'hier à débattre d'une requête de la défense sur la façon de présenter les accusations au jury.

La défense souhaite que le jury obtienne l'acte original d'accusation, utilisé lors du premier procès, même s'il ne reflète plus fidèlement l'état de la cause.

Le procès a avorté, le 26 janvier dernier, après que le premier jury eut été incapable de s'entendre sur un verdict unanime.

La Couronne doit maintenant tout reprendre à zéro devant un nouveau juge, Marc David, et avec un nouveau jury. Question de simplifier la cause, le ministère public a retiré les accusations de complot et recyclage des produits de la criminalité portées contre les présumés complices de Lacroix.

La Couronne veut donc que ce document simplifié, comptant quelque 180 accusations, soit présenté au nouveau jury.

Le différend porte donc sur une question purement technique, qui ne change rien à la nature des accusations portées contre Serge Beugré, Félicien Souka, Jean Cholette, Rémi Deschambault et Jean Renaud.

Ceux-ci sont accusés de fraude et fabrication de faux. Ils auraient participé au vaste stratagème mis en place par Vincent Lacroix pour détrousser quelque 9200 investisseurs d'une somme de 115 millions de dollars.

Lacroix a plaidé coupable aux accusations portées contre lui à la veille du premier procès, et il a écopé d'une peine de 13 ans de pénitencier. Il sera admissible à une libération conditionnelle dès la fin du mois de janvier.

Le juge Marc David a annoncé son intention d'exposer clairement au jury ce qu'il est advenu de Lacroix et du premier procès catastrophique. Il a aussi indiqué qu'il ferait tout en son possible pour simplifier la tâche du jury.

Si la sélection du jury se déroule comme prévu, le procès pourra commencer dès le 20 septembre.

À voir en vidéo