Évasion fiscale au Québec - Le fisc récupère 2,35 milliards

Québec — Les mesures mises en place chez Revenu Québec pour contrer l'évasion fiscale donnent des résultats concrets.

Selon le quotidien Le Soleil, le fisc québécois a récupéré 2,35 milliards en impôts et en taxes impayés au cours de la dernière année. Il s'agit d'une récolte record au cours de laquelle aucun secteur de l'économie n'a été épargné.

Les montants totaux recouvrés par le fisc québécois en 2009-2010 dépassent de 100 millions ceux perçus un an plus tôt.

Pour mettre la main aux collets des mauvais payeurs, Revenu Québec a mis au point une technique de croisement de fichiers d'information regroupant une foule de données financières sur les individus et entreprises.

Les enquêteurs peuvent ainsi mettre à contribution les dossiers de l'assurance automobile où les véhicules de luxe y sont facilement repérables. Ils peuvent aussi voir si les riches propriétaires ont un bateau, une moto, un motorisé ou encore une résidence secondaire.

L'an dernier, Revenu Québec dit avoir mis en examen tout près de 10 000 contribuables dont le style de vie était nettement au-dessus des revenus déclarés

Dans le secteur des transactions financières, en appliquant le recoupement des fichiers, le fisc a aussi émis plus de 10 000 cotisations sur des déclarations fiscales d'années antérieures récoltant au passage près de 50 millions de dollars de revenus de placements non déclarés.

Les interventions de Revenu Québec auront aussi permis de dépister plusieurs milliers de contribuables qui ne faisaient toujours pas de déclaration de revenus.

Dans le but d'être plus efficace dans le contrôle fiscal, Revenu Québec a aussi procédé à l'embauche de nouveaux employés. Près de 250 travailleurs ont été recrutés ces derniers mois dans des postes liés à la vérification comptable, au domaine juridique et à l'informatique.

Revenu Québec reconnaît que beaucoup de pain demeure sur la planche. Les efforts seront accentués dans des secteurs comme la construction, la restauration, le tabac et la planification fiscale.