La Chine est aux prises avec une bulle immobilière

Chine<br />
Photo: Agence France-Presse (photo) Mark Ralston Chine

Hong-Kong — Une bulle immobilière s’est formée en Chine, mais l’impact d’un ajustement des prix sur les banques du pays reste incertain, a déclaré hier Kenneth Rogoff, professeur d’économie à Havard et ancien économiste en chef du FMI.

Le volume des transactions immobilières a chuté et les prix stagnent à la suite des mesures prises par le gouvernement pour éviter la surchauffe du marché, faisant craindre aux investisseurs un affaissement du placement immobilier, entraînant une baisse de la demande de biens.

«C’est une bulle et il difficile de prédire comment cela va se répercuter sur le système bancaire», explique Kenneth Rogoff à Reuters. «Beaucoup d’ajustements sont nécessaires en Chine et l’immobilier est en première ligne», précise le professeur, ancien économiste en chef du Fonds monétaire international (FMI).

Selon lui, les autorités chinoises agissent dans le bon sens pour résoudre ce problème. Ces derniers mois, le gouvernement chinois a pris des mesures plus strictes sur les accomptes, ordonné la fin des remises sur les taux du crédit, et mis en place des restrictions à l’achat de plusieurs biens immobiliers et sur les prêts aux promoteurs.

Xu Shaoshi, ministre en charge de la Terre et des Ressources, a dit lundi qu’il s’attendait à ce que les prix commencent à baisser dans les prochains mois à la suite de ces mesures.