Shell reste dans les sables bitumineux

Shell
Photo: Agence France-Presse (photo) Shell

La Haye — Royal Dutch Shell a indiqué hier que ses actionnaires avaient rejeté une résolution visant à remettre en question les investissements de plusieurs milliards de dollars du groupe pétrolier pour des projets dans les sables bitumineux au Canada.

Un groupe d'investisseurs éthiques et d'écologistes avait exhorté Shell à revoir ses projets d'extraction dans les sables bitumineux dans la région d'Alberta.

La production de sables bitumineux émet davantage de dioxyde de carbone (CO2) que la production pétrolière traditionnelle. Elle nécessite également plus d'eau et entraîne une destruction plus importante du paysage. En outre, les charges liées à l'émission de CO2 peuvent se révéler coûteuses pour ces projets.

Le plus grand groupe pétrolier européen en matière de capitalisation boursière avait toutefois demandé à ses actionnaires de rejeter cette résolution, assurant avoir déjà réfléchi aux coûts potentiels liés aux émission de CO2 dans son projet d'investissement.

Lors de leur assemblée générale, les actionnaires de Shell ont donc décidé de rejeter à 94,3 % cette résolution, qui a toutefois permis de sensibiliser le groupe aux risques financiers auxquels ce type de projets pouvaient l'exposer.

Les groupes pétroliers sont mis sous pression par les autorités et l'opinion publique depuis la catastrophe survenue dans le golfe du Mexique, qui a déjà fait fondre la capitalisation boursière de BP de près de 30 milliards de dollars.