Performance de la Caisse - Les fonctionnaires de l'État ont dû se contenter d'un rendement «médiocre»

Michael Sabia, grand patron de la Caisse de dépôt et placement du Québec
Photo: Agence Reuters Christinne Muschi Michael Sabia, grand patron de la Caisse de dépôt et placement du Québec

Alors que la Caisse de dépôt et placement du Québec vise un rendement annuel de 7 % pour ses déposants, deux de ceux-ci, soit les employés du secteur public et le personnel cadre, ont dû se contenter d'une performance moyenne de 3,1 % au cours des dix dernières années.

Cette donnée a été publiée par la Commission administrative des régimes de retraite (CARRA) le 31 mars dans un bulletin d'information sur son site Internet, mais mise en lumière seulement hier par l'Association québécoise des retraités des secteurs public et parapublic (AQRP).

Les deux déposants en question sont le Régime de retraite des employés du gouvernement et des organismes publics (RREGOP) et le Régime de retraite du personnel d'encadrement (RRPE), dont les fonds gérés par la Caisse s'élèvent à 43,5 milliards. Le RREGOP et le RRPE comptent pour le tiers de l'actif net total de la Caisse, lequel était de 131,6 milliards du 31 décembre 2009.

«Cette performance médiocre nous ramène inexorablement aux pertes historiques de la Caisse en 2008», a affirmé dans un communiqué la présidente de l'AQRP, Madeline Michaud, en faisant référence au rendement de -25 % subi cette année-là.

Dans son bulletin publié en mars, la CARRA a écrit que le rendement de 3,1 % sur dix ans «est sensiblement moins élevé que le rendement annuel moyen de 10,7 % observé pendant les années 1990 et celui de 13,2 % des années 1980».

D'avis que «l'environnement économique récent a donc été moins favorable que celui observé pendant les décennies précédentes», la CARRA a souligné que le RREGOP, depuis sa création en 1973, a bénéficié d'un rendement moyen de 9,3 %.

Pour l'année 2009, pendant laquelle la Caisse a réalisé un rendement global de 10 %, celui du RREGOP a été de 11,3 % alors que celui du RRPE a été de 9,8 %.

Manque à gagner de 82 milliards

Dans une analyse récemment transmise au Devoir, Luc Berlinguette, actuaire et président de Prospero-Assurance, a comparé les rendements 1990-2009 de la Caisse avec ceux de la caisse ontarienne Teachers et d'OMERS, caisse de retraite des employés municipaux de l'Ontario.

Par exemple, selon M. Berlinguette, le rendement annuel composé de la Caisse au cours des vingt dernières années a été de 2,78 % inférieur à celui de Teachers, soit 6,97 % contre 9,75 %.

Il a ensuite appliqué les écarts aux actifs de la Caisse de manière à déterminer ce qu'elle aurait fait si ses rendements avaient été les mêmes que Teachers et OMERS. Au cours des années, affirme-t-il, la Caisse a accumulé un «manque à gagner» de 82 milliards par rapport aux sommes qu'a pu générer Teachers de son côté. Par rapport à OMERS, la Caisse a un retard de 25 milliards.

«Les défenseurs de la Caisse vont probablement prétendre qu'il est normal qu'elle réalise de moindres rendements que Teachers et OMERS, car ces dernières caisses n'ont pas la contrainte d'avoir comme mission de participer au développement économique de leur province», a écrit M. Berlinguette, qui dit avoir réalisé l'analyse par pure curiosité.

«Cet argument paraît assez faible lorsqu'on regarde les principaux indicateurs économiques du Québec en comparaison avec l'Ontario, soit l'endettement, le taux de chômage et le produit intérieur brut.»

La Caisse n'a pas l'habitude de faire des commentaires au sujet de la performance de ses pairs, et affirme généralement qu'elle doit composer avec 25 différents déposants, avec des besoins différents, plutôt qu'un seul.
4 commentaires
  • Jean Claude Pomerleau - Inscrit 18 mai 2010 06 h 11

    L'incidence du désastre de 2008

    La Caisse est elle si poche. Pas selon Michel Girard:

    " Sur les 16 dernières années, soit de 1993 à 2008, les gestionnaires de la Caisse se sont fait battre à seulement six reprises par l'indice de référence qui permet de comparer la performance globale de la Caisse à celle de la moyenne pondérée des indices des diverses catégories d'actifs (actions, obligations, placements privés, immeubles, etc.).

    Qui plus est, trois de ces six années de contre-performance globale présentent un minime écart négatif d'à peine un demi-point de pourcentage.

    À la lumière de l'analyse de La Presse Affaires, il m'apparaît évident que le désastre de l'année 2008 est un gros accident de parcours."

    (...)

    http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/opinions/ch

    ........


    P.s J'aurais aimer savoir quel fut l'incidence des pertes désastreuses de 2008 sur la moyenne de rendement de 1999 à 2009.

  • Sanzalure - Inscrit 18 mai 2010 08 h 16

    Participer au développement économique pour vrai

    40 milliards ça fait 40 000 projets de 1 million. Imaginez le développement économique que nous aurions connu au Québec si la Caisse de dépôt avait investi un million dans 40 000 projets d'économie solidaire dans notre province...

    Serge Grenier

  • Paul Corbeil, Québec et Labrador - Inscrit 18 mai 2010 10 h 25

    Rabaissez le pays du Québec

    Mettez un Ontarien PDG à la Caisse de Dépôt du Québec nommé par Jean Charest premier ministre (juste le titre, il n’ pas l’étoffe) en plus ca ne le regardais même pas! Eh voyez les résultats! Je suis sincèrement convaincu qu’il excite une attente secrète avec le canada anglais pour abaisser le Québec pour ne plus qu’il ait de prochains référendums pas vraie Jean Charest!

  • marc caron - Inscrit 18 mai 2010 10 h 56

    Performance de la Caisse

    @ J C Pomerleau

    Voiçi le rendement d'un placement de 100$ et dans la Caisse et chez Teachers en 1990 soit sur une période de 20 ans.

    En 2009 la Caisse vous aurait versé 286$; Teachers 543$ soit un rendement
    supérieur de l'ordre de 90%.


    ignare1er