GM reprend la route des bénéfices

Mesures de réduction de la dette, suppression d’emplois, fermeture d’usines et abandon de certaines marques ont contribué au succès relatif de GM.
Photo: Agence Reuters Joshua Lott Mesures de réduction de la dette, suppression d’emplois, fermeture d’usines et abandon de certaines marques ont contribué au succès relatif de GM.

Detroit — General Motors a fait état hier d'un bénéfice pour le premier trimestre, et a estimé être sur la bonne voie pour publier son premier bénéfice annuel depuis 2004.

Pour le directeur financier du groupe, Chris Liddell, ces résultats trimestriels prouvent que le constructeur a de «bonnes chances» de renouer avec les bénéfices sur l'ensemble de l'année. Il s'est toutetefois refusé à émettre de quelconques prévisions pour le reste de l'année, mais il a confirmé qu'en dépit d'un calendrier toujours incertain, un retour en Bourse était envisageable au cours de l'année à venir.

«Maintenant que nous sommes redevenus rentables, la prochaine étape est d'atteindre une rentabilité durable», a déclaré Chris Liddell à la presse.

Après avoir reçu environ 50 milliards de dollars de fonds publics pour financer sa restructuration, GM s'est fixé pour objectif un retour en Bourse qui permettrait à l'État de réduire sa part dans le capital de l'entreprise.

Le chiffre d'affaires du premier constructeur automobile américain a atteint à 31,48 milliards sur les trois premiers mois de l'année, contre

22,43 milliards sur la période correspondante l'an dernier avant le dépôt de bilan qui a ouvert la voie à la restructuration. Après versement de dividendes préférentiels à hauteur de 203 millions de dollars aux États canadien et américain et au syndicat le plus influent de GM, lui aussi entré au capital l'an dernier, le résultat net ressort à 865 millions, contre une perte de 5,98 milliards un an plus tôt.

L'État américain détient près de 61 % du capital de GM, tandis que le Canada et la province de l'Ontario en possèdent près de 12 %.

Les derniers résultats reflètent donc les efforts réalisés par GM en terme d'économies, qui ont conduit le groupe à réduire sa dette, supprimer des emplois, fermer des usines et se séparer de marques non rentables comme Hummer, Saab et Saturn. Le groupe se concentre désormais sur quatre marques clés: Chevrolet, Buick, GMC et Cadillac. Mais, pour les analystes, GM doit encore faire beaucoup d'efforts pour réhabiliter sa marque et regagner des parts de marché.

Parmi les principaux concurrents de GM, Ford Motor a fait état d'un bénéfice de 2,1 milliards au premier trimestre et il prévoit de solides bénéfices pour l'année 2010, soit un an plus tôt que son objectif initial.

De son côté, Chrysler, dont Fiat a pris le contrôle opérationnel, a publié une perte nette trimestrielle de 197 millions, mais n'exclut pas réviser à la hausse ses prévisions annuelles au deuxième semestre.

***

GM en quelques chiffres

- chiffre d'affaires: 31,48 milliards

- bénéfice net: 865 millions

- les États-Unis détiennent 61 % du capital

- le Canada et l'Ontario, actionnaires à 12 %