Restructuration de Canwest Global - Shaw met la main sur les chaînes de télévision

Toronto — Le portrait du secteur canadien de la télévision s'apprête à connaître d'importants changements, le câblodistributeur Shaw Communications ayant annoncé hier s'être entendu avec la banque d'affaires américaine Goldman Sachs pour mettre la main sur les actifs télévisuels de Canwest Global.

Shaw — qui était jusqu'à maintenant essentiellement un fournisseur de services de télévision par câble et Internet — deviendra ainsi le nouveau propriétaire des chaînes de télévision traditionnelle et des canaux câblés spécialisés de Canwest, au terme d'une série de transactions totalisant environ 2 milliards.

En vertu de l'entente, Shaw obtiendra 11 stations de télévision locales de la chaîne Global TV, en plus d'une série de canaux spécialisés, dont Showcase, MovieTime et HGTV, dont certains ont été acquis des mains d'Alliance Atlantis en 2007. La valeur totale de l'opération comprend une tranche de 700 millions en espèces que Shaw utilisera pour acheter la participation de la banque d'affaires new-yorkaise Goldman Sachs dans une filiale clé de Canwest Global, CW Media Group. Cette division a été créée lorsque Canwest s'est alliée à Goldman Sachs pour acquérir les canaux spécialisés d'Alliance Atlantis.

Pour Shaw, la transaction se traduit par un accès à une large gamme de contenu de diffusion — un contenu pour lequel il a démontré beaucoup d'intérêt alors qu'il prépare aussi son entrée sur le marché du sans-fil. «Nous croyons que la combinaison de contenu avec notre réseau de distribution par câble et par satellite, et bientôt avec notre service sans fil, nous positionnera comme un des leaders dans les compagnies de divertissement et de communications au Canada», a déclaré le chef de la direction de Shaw, Jim Shaw,

L'entente sera généralement bonne pour Shaw, a indiqué de son côté l'agence de notation DBRS.«En plus d'apporter un certain nombre de bénéfices au système de diffusion au Canada, DBRS croit que cet investissement donnera à Shaw l'avantage indirect de devenir une compagnie avec une intégration verticale du contenu et de la distribution, avec des options pour l'avenir», a affirmé l'agence, confirmant la cote respectable de «BBB» sur la dette de Shaw.

Cependant, au moins un analyste a moins bien accueilli la nouvelle et s'est questionné sur la stratégie de Shaw. «Nous avons souvent fait valoir que la propriété de BCE avec Globemedia, celle de Rogers avec Rogers Media (...) n'ajoutait pas de valeur évidente aux actifs de connectivité de chacune de ces compagnies», a écrit dans une note l'analyste Dvai Ghose, de Genuity Capital Markets.

L'accord entre Shaw et Goldman Sachs donne en quelque sorte un feu vert à la poursuite de la restructuration de Canwest Global Communications, qui vend ses activités d'édition séparément.

Torstar lorgne les journaux

Par ailleurs, Torstar a indiqué avoir déposé une offre formelle vendredi, mettant fin aux doutes quant à la capacité de l'éditeur du plus important quotidien du Canada de réunir le financement nécessaire. Des informations avaient laissé entendre la semaine dernière que Fairfax, la richissime firme d'investissement qui compte parmi les principaux actionnaires de Torstar, hésitait à appuyer financièrement l'offre pour les journaux de Canwest.

Torstar n'est pas la seule entreprise intéressée à mettre la main sur ces actifs, qui comprennent notamment le National Post et le Ottawa Citizen. L'investisseur David Black, la firme vancouvéroise Glacier Media et l'ancien chef de la direction de Canwest, Leonard Asper, seraient aussi sur les rangs.