Entente Canada-Union européenne - Charest est heureux de la place du Québec

Gatineau — Le gouvernement Harper laisse une grande place au Québec dans les négociations d'une entente économique avec l'Union européenne (UE), selon Jean Charest.

La situation semble être contraire à ce qui s'est passé entre le Canada et le Québec au Sommet de Copenhague sur l'environnement, en décembre dernier.

Dans le cadre du Forum Canada-UE réunissant à Gatineau des dirigeants politiques et des gens d'affaires qui ont écouté les négociateurs faire le point sur le progrès des discussions sur un accord de libre-échange, le premier ministre Charest a indiqué qu'il n'a pas de reproches à formuler à Stephen Harper et que celui-ci a été un très bon partenaire.

Au contraire, il a souligné que le gouvernement Harper a grandement appuyé la démarche du Québec — qui est l'instigateur du projet — afin de concrétiser cet accord. Il a même qualifié le ministre du Commerce international, Stockwell Day, de «formidable». Selon M. Charest, le Canada a réellement inclus le Québec dans les négociations.

Pour Jean Charest, la présence du Québec au processus de négociation d'une telle entente est essentielle parce que «le gouvernement fédéral a le pouvoir de conclure des traités mais pas d'engager les provinces dans leurs champs de compétence», a-t-il étayé. Après son allocution, il a précisé que, si le Québec n'adhère pas à l'entente qui sera négociée, «on ne peut pas avoir d'entente».
1 commentaire
  • Roland Berger - Inscrit 29 avril 2010 17 h 21

    Ouais!

    Charest est heureux de la place de Charest.
    Roland Berger
    St. Thomas, Ontario