Des cendres coûteuses

Bruxelles — L'Union européenne a annoncé hier qu'elle apporterait une aide au secteur aérien, qui a subi des pertes de 2,5 milliards d'euros (environ 3,4 milliards de dollars) à la suite de la fermeture de l'espace aérien européen provoqué par le nuage de cendres craché par un volcan islandais.

Cette aide devrait combiner une réforme radicale du contrôle aérien, ainsi qu'une aide de court terme comme la levée des interdictions de vols de nuit, a annoncé la Commission européenne, qui était réunie pour discuter des suites à donner à cette crise.

La levée temporaire des restrictions sur les vols de nuit devrait permettre aux compagnies aériennes de rapatrier les derniers passagers bloqués et d'acheminer le fret toujours en attente dans les aéroports.

«Maintenant que nous revenons à la normale, nous pouvons nous concentrer sur les mesures d'aide à l'industrie», a estimé le commissaire européen aux Transports, Siim Kallas. «La Commission propose également des changements structurels pour assurer que nous ne nous retrouvions pas à nouveau dans cette situation.»

L'agence de contrôle aérien européenne Eurocontrol a également mis en place une équipe d'experts chargée de déterminer si les autorités ont réagi de façon appropriée au nuage de cendres. Les experts vont passer en revue la menace actuelle posée à l'aviation par le nuage de cendres et évaluer l'efficacité d'une fermeture de l'espace aérien.

Le commissaire aux Transports a précisé que la Commission avait demandé aux pays membres de fournir immédiatement aux compagnies aériennes une aide, composée de mesures telles que des prêts au taux du marché et un report des paiements pour les services de contrôle aérien.

M. Kallas a exhorté les États à ne pas accorder aux compagnies aériennes d'aides étatiques autres que des prêts au taux du marché et des garanties permettant d'améliorer leurs problèmes de liquidité immédiats.