Finances publiques - La crise grecque risque d'être contagieuse

Le niveau extrêmement élevé des taux grecs accentue les difficultés d’Athènes à respecter ses échéances de remboursement.
Photo: Agence France-Presse (photo) Louisa Gouliamaki Le niveau extrêmement élevé des taux grecs accentue les difficultés d’Athènes à respecter ses échéances de remboursement.

Paris — Outre la Grèce, qui a demandé hier l'activation du plan d'aide UE-FMI, plusieurs autres pays européens, au premier rang desquels le Portugal, sont à des degrés divers sous la pression des marchés en raison de leur endettement élevé.

Les États les plus visés de la zone euro sont le Portugal, la Grèce, l'Irlande et l'Espagne, parfois désignés en anglais par l'acronyme peu flatteur de «PIGS» («cochons», le «s» représentant l'Espagne, «Spain» en anglais).

Le surnom, qui a vu le jour dans la presse anglo-saxonne en 2008, a ensuite fait tache d'huile dans les milieux financiers pour évoquer ces pays qu'ils jugent particulièrement à risque.

L'acronyme, dénoncé par les intéressés, se transforme parfois en «PIIGS» — le deuxième «i» désignant l'Italie — et s'est imposé comme un nouvel avatar du «Club Med», surnom péjoratif jadis donné aux pays du sud de l'Europe accusés de ne pas respecter la discipline budgétaire.

Si le niveau extrêmement élevé des taux grecs accentue les difficultés d'Athènes à respecter ses échéances de remboursement (le coût de la dette va devenir de plus en plus élevé), certains experts craignent une contagion de la crise grecque à d'autres pays, fortement endettés, de la zone euro.

Les agences de notation ont cependant prévenu ces derniers mois qu'il ne fallait pas mettre ces États dans le même panier, car leurs déficits élevés cachaient des situations diverses, pas nécessairement comparables.

Notation de la dette

Grèce: L'agence Moody's a abaissé d'un cran jeudi la note de long terme de la Grèce, à A3. Début avril, Fitch l'avait pour sa part abaissée de deux crans, à BBB-, quatre mois seulement après la précédente dégradation. En décembre 2009, Standard and Poor's l'avait baissée à BBB+. Ces trois notes sont assorties d'une perspective négative.

Portugal: Fitch a abaissé la note à AA-, le 24 mars. Moody's lui attribue un Aa2, Standards and Poor's un A+. Ces notes sont assorties d'une perspective négative.

Italie: Fitch attribue une note AA-, Moody's Aa2 et Standard and Poor's A+, toutes trois assorties d'une perspective stable.

Irlande: Les trois agences ont abaissé la note irlandaise à plusieurs reprises en 2009. Moody's lui attribue une note Aa1 assortie d'une perspective négative, Standard and Poors une note AA également avec perspective négative, tandis que Fitch donne à l'Irlande une note AA-, assortie d'une perspective stable.

Espagne: Fitch et Moody's attribuent à la dette espagnole la meilleure note possible, AAA, assortie d'une perspective stable. En revanche, Standard and Poor's a abaissé début 2009 cette note à AA+, puis l'a assortie en décembre d'une perspective négative.
1 commentaire
  • Michel Gaudette - Inscrit 25 avril 2010 19 h 11

    La cigale grecque et la fourmi allemande



    Je crois que les Allemands en ont marre de traîner l'UE sur leur dos... Cela inclut la France qui prétend aider la Grèce mais qui est dans de sérieuses difficultés, côté endettement.

    La cigale grecque ayant chanté... fut fort dépourvue Quand la CRISE fut venue !!!!!