WestJet veut multiplier les liens avec les transporteurs étrangers

Gregg Saretsky
Photo: Agence Reuters Todd Korol Gregg Saretsky

Calgary — WestJet Airlines a l'intention d'accroître le nombre d'ententes de partage de code avec des transporteurs aériens européens et américains pour pouvoir pénétrer davantage les marchés internationaux, a indiqué le prochain chef de la direction du transporteur à rabais.

Gregg Saretsky a rappelé hier que WestJet avait des ententes de coopération avec des transporteurs aériens en Europe et aux États-Unis afin d'accroître sa présence et a ajouté que d'autres ententes de ce genre seraient conclues sous sa direction. «Notre objectif est d'établir une bonne présence dans tous les continents», a précisé M. Saretsky au cours d'une conférence de presse tenue au lendemain de la démission surprise de Sean Durfy au poste de président et chef de la direction de WestJet.

M. Durfy quittera officiellement ses fonctions le 1er avril.

Hier, M. Saretsky a assuré que WestJet allait sélectionner avec attention les transporteurs aériens avec lesquels des ententes seraient conclues. «Nous allons choisir celles ayant la même approche au niveau du service et ayant une bonne réputation.»

Un observateur de l'industrie s'est dit d'avis que WestJet allait probablement maintenir le cap durant la première année de direction de M. Saretsky. «Je crois que la transition avec [Gregg] Saretsky se fera sans trop de rupture», a affirmé Rick Erickson.

Tard lundi soir, WestJet a annoncé que son actuel chef de la direction, Sean Durfy, allait quitter ses fonctions le 1er avril pour des raisons personnelles. Le transporteur aérien, établi à Calgary, a du même coup précisé que M. Durfy serait remplacé par le vice-président des opérations, Gregg Saretsky.

Cette décision a étonné et engendré des rumeurs voulant que M. Durfy était remplacé en raison des récents résultats financiers et problèmes opérationnels de WestJet.

M. Erickson écarte toutefois cette hypothèse. «Il s'agit sans aucun doute d'une décision prise pour des raisons personnelles, a-t-il fait valoir. Il a de jeunes enfants. J'en déduis qu'il pense qu'il vaut mieux pour lui de consacrer ses efforts à sa famille.»

Bien qu'il ne croie pas que d'importants changements se produiront à court terme chez WestJet, Rick Erickson pense que M. Saretsky aidera l'entreprise à percer le marché transcontinental à long terme. «Entre-temps, il prendra soin d'un navire très, très bien entretenu et qui garde une position stable», a-t-il illustré.

M. Saretsky s'est joint à WestJet en juin 2009 en tant que vice-président de Vacances WestJet. En octobre, il a été nommé vice-président des opérations. Auparavant, M. Saretsky avait également travaillé pour Canadian Airlines et pour Alaska Airlines.

Hier, les actions de WestJet ont reculé de 56 ¢, soit 4 %, à la Bourse de Toronto, pour clôturer la séance à 13,31 $.