La Royale fait mieux que l'an dernier, mais déçoit les analystes

«Nous continuons d’investir dans notre entreprise en fonction de l’avenir à long terme», a déclaré hier le président et chef de la direction de la Banque Royale, Gordon Nixon.
Photo: Agence Reuters Mark Blinch «Nous continuons d’investir dans notre entreprise en fonction de l’avenir à long terme», a déclaré hier le président et chef de la direction de la Banque Royale, Gordon Nixon.

Toronto — La Banque Royale a enregistré un bénéfice net de 1,5 milliard au premier trimestre de son exercice 2010, soit un résultat en hausse de 35 % par rapport à celui de 1,1 milliard dévoilé pour la même période un an plus tôt, mais inférieur aux attentes des analystes.

Le bénéfice en trésorerie de la plus grande banque canadienne s'est élevé à 1,03 $ par action au trimestre terminé le 31 janvier, légèrement moins que le résultat de 1,04 $ par action auquel s'attendaient en moyenne les analystes consultés par Thomson Reuters. Cette mesure du bénéfice est celle retenue pour établir une comparaison entre les profits des grandes banques.

La Banque Royale est la première des six grandes institutions bancaires canadiennes à faire état de résultats inférieurs aux attentes, et son action a retraité hier de 1,03 $ à 57,21 $ à la Bourse de Toronto. Son cours demeurait cependant supérieur à celui de 56,07 $ observé la semaine dernière, avant que les banques commencent à divulguer leurs résultats trimestriels.

La Banque CIBC, la Banque Nationale et la Banque de Montréal ont toutes annoncé des résultats supérieurs aux prévisions des analystes.

Brad Smith, analyste bancaire chez CI Capital Markets, a affirmé que le bénéfice net réalisé par la Banque Royale était quelque peu décevant, ajoutant qu'il découlait d'une baisse de revenus. Il s'est cependant dit encouragé par le fait que la dotation à la provision pour pertes sur créances était inférieure de plus de 40 % à ce qu'il avait prévu.

Lors d'une conférence d'investisseurs, le président et chef de la direction de la Banque Royale, Gordon Nixon, a dit voir des signes d'amélioration du marché et de la conjoncture économique, «et nous tirons profit des occasions qui se présentent». «Vous pouvez constater à partir de nos résultats que nous avons fait des progrès importants au chapitre des coûts. En même temps, nous continuons d'investir dans notre entreprise en fonction de l'avenir à long terme», a ajouté Gordon Nixon.

Par ailleurs, la banque a déclaré un dividende trimestriel sur ses actions ordinaires de 50 ¢ par action, sans changement.

Le total de la dotation à la provision pour pertes sur créances s'est établi à 493 millions, en baisse de 293 millions par rapport à la période équivalente de l'exercice précédent et de 390 millions par rapport au dernier trimestre. Il est toutefois demeuré élevé, a jugé M. Nixon.

Dans le secteur des services bancaires canadiens, la dotation aux provisions spécifiques pour pertes sur créances s'est établie à 318 millions. Similaire à celui du trimestre précédent, ce résultat s'explique par la hausse de la dotation aux provisions liées au portefeuille de prêts aux entreprises, essentiellement neutralisée par la baisse de celle des provisions liées aux portefeuilles de prêts sur cartes de crédit et de prêts aux particuliers non garantis, a expliqué la banque.