Lexus LS600h et Mercedes S400 HYBRID: le luxe vert

Mercedes se démarque par son élégance, ses lignes fluides et sa personnalité. Même s’il s’agit d’une très grosse voiture, elle semble moins pataude que la Lexus.
Photo: Daimer Mercedes se démarque par son élégance, ses lignes fluides et sa personnalité. Même s’il s’agit d’une très grosse voiture, elle semble moins pataude que la Lexus.

Depuis que le dossier du réchauffement climatique s'est retrouvé à l'avant-scène des préoccupations planétaires, le milieu de l'automobile s'est retrouvé sur le banc des accusés plus souvent qu'à son tour.

Le transport représente 40 % des émissions de gaz à effet de serre contribuant au réchauffement climatique du Québec et 25 % de celles du Canada. Des pays tels que l'Inde et la Chine ont vu leurs ventes de véhicules augmenter de 61 % et de 100 % depuis l'an dernier, malgré la crise économique mondiale. Pendant ce temps, les scientifiques ont exigé que nous diminuions nos émissions planétaires de 25 % à 40 % d'ici 2020, si nous ne voulons pas foncer tout droit vers une catastrophe

climatique.

Tout un défi!

C'est ainsi que, depuis environ dix ans, certains cons-tructeurs automobiles ont décidé de prendre le taureau par les cornes et de développer de nouvelles technologies de propulsion afin de diminuer l'impact écologique de leurs produits: hybride, diesel, électrique, hydrogène, air comprimé, hybride-rechargeable, etc. Nous assistons présentement à une révolution qui va changer le visage de l'automobile.

Une première

Contrairement à toutes les innovations qui ont marqué l'automobile, celle-ci n'est pas venue des marques de haut de gamme. Contrairement aux coussins gonflables, freins ABS et autres dispositifs d'assistance électronique à la conduite, les technologies vertes sont venues de constructeurs généralistes tels Toyota, Honda et Peugeot.

Cela n'est pas un hasard.

Une étude dévoilée en 2007 révélait que si les gens ayant un niveau d'éducation et un revenu élevés étaient ceux qui étaient le plus au fait du phénomène du réchauffement climatique, ils étaient ceux qui contribuaient le moins à diminuer leurs émissions, standing oblige.

Jusqu'à récemment, si une personne voulait se procurer une voiture de luxe ou de grand luxe moins polluante et émettant moins de CO2, elle n'avait pour ainsi dire aucun choix. C'est en train de changer.

Lexus a été le pionnier des voitures vertes de luxe, mais nous assistons à une vague de marques de prestige qui se lancent dans les hybrides: le salon de Genève sera le théâtre du dévoilement de la nouvelle Porsche Cayenne hybride, de la BMW Série 5 hybride et d'une pléiade de nouveautés venant de Mercedes, Audi et autres marques de renom.

La voiture de Sir Paul ou la Mercedes S400 HYBRID?

Artiste qui a changé la face du monde musical avec le Fab Four, Paul McCartney s'est aussi fait connaître par sa conscience écologique. C'est ainsi qu'il a choisi de se déplacer en Lexus LS600h, la première limousine hybride.

L'an dernier, Mercedes a décidé de relever le défi en lançant la S400 HYBRID, la première voiture au monde avec un système hybride muni d'une batterie lithium-ion.

Si le système hybride de la Lexus est du type full-hybrid et permet à la voiture de ne rouler qu'avec le moteur électrique, celui de la Mercedes ne le permet pas, étonnamment, même avec une batterie lithium-ion. Ainsi, nos essais révèlent que la Lexus est beaucoup moins gourmande en conduite urbaine que la Mercedes: 9,5 litres au 100 kilomètres contre 12 litres au 100 kilomètres.

Par contre, la Mercedes prend l'avantage sur la route avec une consommation de 7,1 litres au 100 kilomètres, contre 8,2 litres pour la Lexus.

Les deux voitures sont équipées de systèmes antipollution ultrapropres, autant que ceux des petites Prius et Insight, ce qui est très impressionnant.

Mais est-ce là une consommation réellement économique? Pas si l'on compare avec une Prius, mais il s'agit ici de limousines! À un prix de départ de 120 000 $ et 2400 kg sur la balance, la Lexus est loin d'être un poids plume côté prix et poids. À 2050 kg, la Mercedes semble presque svelte face à sa rivale. Moins chère, aussi: 105 000 $.

Dotée d'un moteur V8 de 5 litres couplé au moteur électrique, la Lexus (438 chevaux) est beaucoup plus puissante que la Mercedes, qui se contente d'un moteur de V6 de 3,5 litres couplé à un moteur électrique qui génèrent une puissance combinée de 295 chevaux.

Ainsi, le mastodonte qu'est la Lexus décolle avec une fougue supérieure à la Mercedes. Cela fait-il de la Lexus une voiture supérieure à la Mercedes? Non.

Le raffinement

Lorsqu'il s'agit de voitures de grand luxe, aussi «vertes» soient-elles, c'est dans le souci du détail qu'on détermine les atouts d'une gagnante. Or, la Mercedes gagne haut la main cette comparaison.

Contrairement à la Lexus dont le design est des plus classiques, voire anonyme, la Mercedes se démarque par son élégance, ses lignes fluides et sa personnalité. Même s'il s'agit d'une très grosse voiture, elle semble moins pataude que la Lexus.

À l'intérieur, la Mercedes est tout en raffinement. Elle est dotée d'un tableau de bord à la fois classique et pratique, et les designers de la marque à l'étoile y ont incorporé un éclairage ambiant magnifique. Tout est pensé pour rendre l'expérience de conduite la plus agréable possible; qu'il s'agisse de la douceur de roulement, du confort des sièges, du silence ou des sièges vibromasseurs, cette voiture est si parfaite pour la conduite autoroutière que, pour la seule fois de ma vie, j'ai eu l'impression d'avoir été revigoré après avoir conduit!

Chez Lexus, l'expérience est totalement différente. C'est moins une voiture que l'on aime conduire qu'une voiture dans laquelle on aime se faire conduire. Plus lourde, avec une tenue de route moins affirmée et une suspension «guimauve», elle prend moins bien les courbes que la Mercedes. Lorsque l'on sollicite le moindrement la Lexus, on a l'impression de conduire une Lincoln Town Car... Ce n'est pas exactement un compliment.

Si les gadgets et le grand confort abondent dans les deux voitures, c'est dans la Lexus que l'on retrouve celui qui plaira certainement le plus à ceux et celles qui aiment se faire conduire: un siège arrière du type «La-Z-boy», rien de moins!

Conclusion

On aime conduire la Mercedes et se faire conduire dans la Lexus.

Ces deux voitures de grande qualité ont des personnalités subtilement différentes qui plairont à des acheteurs différents. Il convient cependant de préciser que la réputation de Lexus en matière de fiabilité et de qualité du service après-vente est nettement supérieure à celle de Mercedes. Le prestige, c'est bien, mais encore faut-il recevoir le traitement auquel on a droit quand on engloutit un tel montant dans une voiture.

Si nous sommes loin de la simplicité volontaire, ces deux voitures marquent le début d'une nouvelle ère pour les acheteurs de voitures de grand luxe. Si leurs attributs privilégient le luxe plutôt que l'environnement, il n'empêche qu'elles sont néanmoins bien plus «vertes» que leurs concurrentes de même catégorie.

On peut affirmer avec certitude que les temps changent lorsque Hummer se meurt et que des voitures de luxe «vertes» voient le jour. Et c'est tant mieux.

***

Toyota : la situation au Canada

Depuis des semaines, les médias d'Amérique du Nord semblent vouloir diffuser en boucle le film d'horreur: «Toyota, la menace». Pourtant, la réalité est tout autre.

Trois rappels:

- Le premier rappel concerne les tapis qui se coincent sous la pédale d'accélération. Cela ne concerne pas le Canada, les tapis vendus ici étant différents de ceux vendus aux États-Unis.

- Le second rappel concerne la pédale d'accélération: cinq cas de pédales qui reviennent moins rapidement à la suite de l'usure (150 000 kilomètres et plus) ont été répertoriés au Canada. Aucun n'a causé d'accident.

- Le troisième rappel a trait au freinage de la Prius et de la Lexus HS250 2010. Sur routes cabossées ou glissantes, le système ABS s'est révélé trop lent à réagir. Les propriétaires n'ont qu'à aller chez leur concessionnaire et ils reprogrammeront leur système ABS afin qu'il réagisse plus rapidement.

Dans tous les cas, Toyota s'engage à recevoir tout client qui aurait quelque doute que ce soit afin de bien vérifier leur tapis, raccourcir la pédale d'accélérateur et même installer un interrupteur d'accélération si le client le désire.

Bref, comme disait Shakespeare: Much Ado About nothing...

***

Collaborateur du Devoir