Contrat du métro: un constructeur espagnol dans le décor

Le constructeur espagnol CAF a déposé, vendredi matin, son dossier de candidature aux bureaux de la Société de transport de Montréal (STM) afin de tenter de décrocher le contrat du renouvellement des voitures du métro de Montréal. Avec l’arrivée de ce nouveau joueur, il semble de plus en plus probable que la STM soit obligée de lancer un nouvel appel d’offres, ce qui retardera la livraison des nouveaux wagons.

CAF entend respecter les critères établis par la STM. L’entreprise espagnole propose de fabriquer des voitures de métro sur pneumatiques et connaît bien cette technologie puisqu’elle a fourni des voitures dotées de pneus pour les métros de Mexico et de Santiago, au Chili. 

Contenu canadien

De passage à Montréal, Jesus Esnaola, directeur général aux opérations internationales de CAF, a affirmé que le constructeur se pliera aux exigences de la STM en ce qui a trait au contenu canadien. L’entreprise compte effectuer la fabrication, l’assemblage et la finition des véhicules au Québec, mais pour l’instant, le site n’a pas encore été choisi, a indiqué M. Esnaola.

CAF est un joueur bien établi dans l’industrie ferroviaire et possède huit centres de production dans le monde. Si l’entreprise devait obtenir le contrat des voitures du métro montréalais, il s’agirait de sa première incursion au Canada.
 
Les constructeurs intéressés par le contrat de la STM ont jusqu’à lundi 15h pour se manifester.

Rappelons que la STM s’était entendue avec le consortium Alstom-Bombardier. Mais la commande étant passée de 342 à 1053 voitures, la société de transport a dû lancer un avis d’intérêt international afin de se protéger de toute poursuite devant les tribunaux.
 
Le constructeur allemand Siemens pourrait aussi tenter sa chance. De son côté, Zhuzhou Electric Locomotive compte déposer une proposition lundi, mais l’entreprise chinoise persiste à vouloir fournir des wagons sur roues d’acier. Par l’entremise de ses avocats, la STM a déjà fait savoir qu’elle rejetait cette offre.
 
Si la STM juge que la candidature de CAF satisfait ses exigences, elle devra alors lancer un nouvel appel d’offres, un processus qui retardera de plusieurs mois le processus d’attribution du contrat et l’arrivée des premiers wagons dans le métro montréalais.

 
1 commentaire
  • Jacques Saint-Cyr - Inscrit 26 février 2010 16 h 16

    Bravo

    Bravo et vive la concurrence, le prix final sera certainement plus bas la prochaine fois, ceteris paribus.