Nouvelle génération CSeries - Bombardier reçoit une commande de taille

Bombardier a reçu un appui de taille pour le développement de son nouvel avion CSeries. Une commande passée par un transporteur américain porte sur 40 appareils et autant en option. Republic Airways Holdings est devenue hier la première société aérienne nord-américaine à jeter son dévolu sur la nouvelle génération d'appareils de Bombardier.

Au prix courant, la commande ferme de 40 avions de la famille CSeries se chiffre à 3,06 milliards $US. Si toutes les options sont exercées, cette valeur passe à 6,34 milliards. Mais au-delà de ces prix officiels, il est généralement reconnu que les prix réels renferment une réduction de lancement ou des modalités de financement attrayantes.

Au total, depuis le lancement de la gamme d'avions CSeries au salon aéronautique de Farnborough en juillet 2008, Bombardier a reçu des commandes fermes totalisant 90 avions et autant d'appareils sous option. Le transporteur allemand Lufthansa avait passé une première commande, de 30 appareils, en mars 2009. L'entreprise de location-acquisition Lease Corp avait suivi, avec une commande ferme totalisant 20 appareils. Les avions CSeries sont conçus pour le marché des long-courriers à couloir unique de 100 à 149 places, un créneau évalué à 6300 avions sur 20 ans.

Dans le communiqué de Bombardier, le président et chef de la direction de Republic Airways, Bryan Bedford, a été particulièrement élogieux en soulignant qu'«aucun autre avion ne peut égaler les attributs que [Bombardier] propose sur le marché. Les technologies de pointe des avions CSeries offrent des caractéristiques économiques, une souplesse opérationnelle, une empreinte environnementale réduite et un confort [pour les] passagers inégalé. [...] Les avions CSeries nous assureront un grand avantage concurrentiel sur le plan des coûts et s'intégreront pleinement à nos projets de croissance et d'expansion.»

L'avion doit entrer en service en 2013. La livraison à Republic Airways est prévue pour 2015, selon les estimations d'un analyste. Cette entreprise d'Indianapolis est une société de portefeuille aéronautique abritant six compagnies régionales aux États-Unis, qui emploient 11 000 personnes et exploitent 283 avions.

Pour Bombardier, il s'agit d'une deuxième annonce d'importance en autant de jours. Mercredi, sa division Transport recevait de la Société nationale des chemins de fer français une commande de 1,1 milliard portant sur la fourniture de 80 wagons de deux étages. Cette commande représentait une tranche d'un contrat total pouvant atteindre 860 wagons incluant les options, pour une valeur globale de 11 milliards.

Les actions de Bombardier étaient en hausse de 39 ¢, ou de 7,1 %, pour clôturer à 5,87 $ hier à la Bourse de Toronto.