La Banque Nationale connaît une bonne croissance

La Banque Nationale a annoncé un bénéfice net de 215 millions pour le premier trimestre de l'exercice 2010, ou 1,22 $ par action, comparativement à un bénéfice net de 69 millions, ou 36 ¢ par action pour l'exercice précédent.

Il importe de souligner que les résultats du dernier trimestre complété comprennent une sanction administrative relative au papier commercial adossé à des actifs (PCAA) pour un montant de 75 millions, ainsi que des charges liées à la détention de PCAA d'un montant de 3 millions, déduction faite des impôts, ainsi qu'un renversement d'une provision pour éventualités fiscales d'un montant de 25 millions. Au premier trimestre de 2009, la Banque avait enregistré des charges relatives au PCAA de 184 millions, déduction faite des impôts.

En excluant les éléments particuliers, le bénéfice net du premier trimestre aurait été de 268 millions comparativement à 253 millions, soit une augmentation de 6 %, a souligné le président et chef de la direction Louis Vachon. Le bénéfice dilué par action aurait atteint 1,55 $ par rapport à 1,51 $ lors du trimestre correspondant de 2009, soit une hausse de 3 %.

«Pour ce premier trimestre de 2010, nous voyons une bonne croissance dans les services bancaires aux particuliers et aux entreprises», a commenté M. Vachon, qui voit aussi une bonne croissance du volume des prêts et «une contribution soutenue» du secteur des marchés financiers. «Et la qualité de notre portefeuille de crédit demeure solide», a-t-il assuré.

M. Vachon s'est aussi montré relativement optimiste dans son portrait global de l'économie québécoise. «L'économie québécoise a démontré sa grande résilience pendant la récession et elle reprend maintenant des forces.»

CIBC

Pour sa part, la Banque CIBC a réalisé un bénéfice net de 652 millions au cours de son premier trimestre, terminé le 31 janvier dernier, en comparaison du bénéfice net de 147 millions enregistré un an auparavant, au cours de la période correspondante. Par action, il s'est élevé à 1,58 $ en regard de 29 ¢.

La différence s'explique principalement par le fait qu'au premier trimestre de 2009, les résultats de l'institution avaient été négativement affectés par une perte de 708 millions (483 millions après impôts) liée aux activités de crédit structuré en voie de liquidation.

De plus, le premier trimestre de 2010 a profité des marges plus importantes sur les produits de prêts personnels et commerciaux, de la croissance des dépôts de détail et de la plupart des produits de prêts personnels, des gains réalisés à la vente de placements du créneau Banque d'affaires et de la hausse des revenus tirés des frais de gestion des avoirs.

La dotation à la provision pour pertes sur créances de la banque a été de 359 millions, contre

284 millions l'an dernier. Le rendement des capitaux propres s'est établi à 21,5 %, contre seulement 4 % il y a un an.