Schwarzenegger dévoile une pile transformant du sable en énergie

Le p.d.-g. de Bloom Energy, K.R. Sridhar, et sa pile.
Photo: Agence France-Presse (photo) Justin Sullivan Le p.d.-g. de Bloom Energy, K.R. Sridhar, et sa pile.

San Jose — Une entreprise américaine de nouvelles technologies, Bloom Energy, a dévoilé hier une pile à combustible innovante, capable de produire une énergie propre à un prix abordable en utilisant essentiellement du sable.

«Les piles à combustibles de Bloom Energy ont le potentiel de révolutionner l'industrie énergétique», a déclaré le gouverneur de Californie, Arnold Schwarzenegger, en présentant cette technologie à San José, au coeur de la Silicon Valley californienne, devant des invités triés sur le volet, dont le cofondateur de Google, Larry Page, et le p.d.-g. d'eBay, John Donahoe.

«La base de notre technologie est tout simplement le sable», a expliqué le fondateur de Bloom, K. R. Sridhar, en montrant une pile à combustible de la taille d'une carte de visite fabriquée à base de silicium. Ce matériau très présent dans le sable est «disponible en abondance et présente les propriétés scientifiques qui nous ont permis de fabriquer une pile à combustible», a-t-il expliqué.

La technologie des piles à combustible, qui produit de l'électricité par une réaction électro-chimique associant hydrogène et oxygène, est connue depuis le milieu du 19e siècle. Mais l'entreprise californienne a réussi à en fabriquer en se passant de métaux particulièrement onéreux comme le platine.

Bloom a dévoilé hier plusieurs «serveurs» produisant de l'électricité et fabriqués grâce à cette technologie. Baptisées «Bloom Boxes», ils ont été testés en secret en Californie par plusieurs grandes entreprises dont eBay, Wal-Mart ou Coca-Cola.

Le géant d'Internet Google, premier client de Bloom, lui a acheté quatre de ces serveurs, des boîtes métalliques de la taille d'un réfrigérateur, qu'il a installés à son siège social de Mountain View. Capables chacun de générer 100 kilowatts d'électricité, ils coûtent entre 700 000 et 800 000 $US, mais leur prix devrait baisser grâce à des économies d'échelle.

M. Sridhar a estimé qu'il faudrait une décennie pour que la technologie soit suffisamment mûre pour équiper les maisons.

Les serveurs Bloom fournissent une énergie 60 % plus propre que les centrales électriques à charbon, une énergie durable, car elle est produite sur le lieu même de son utilisation, évitant ainsi les coûts de transport, a souligné Arnold Schwarzenegger. L'électricité produite par Bloom coûte environ 9 ¢US par kilowattheure, contre 14 ou 15 ¢US facturés par les fournisseurs d'électricité classiques aux États-Unis.

La société d'enchères sur internet eBay a décidé de prendre cette technologie à l'essai. «C'est une percée», a estimé le général Colin Powell, ancien secrétaire d'État américain, qui siège au conseil d'administration de Bloom. «Un jour ou l'autre, ce sera dans toutes les maisons américaines», a-t-il prédit.