La Réserve fédérale gagne son pari

La Réserve fédérale tentait de calmer le jeu jeudi soir, après la hausse surprise de son taux d'escompte. Elle a remporté son pari, Wall Street y voyant hier une manifestation de confiance dans la solidité de la reprise.

Sur la semaine, écourtée par un jour férié lundi, le Dow Jones, indice vedette, a engrangé 3 % à 10 402,35 points. Le Nasdaq, à dominante technologique, est monté de 2,8 % à 2243,87 points et l'indice élargi Standard & Poor's 500 de 3,1 % à 1109,17 points.

Les indices ont fini en hausse tous les jours, montrant tout de même quelques signes de fatigue hier, dans un marché désarçonné par le moment choisi — jeudi soir — par la Réserve fédérale américaine pour annoncer un relèvement de son taux d'escompte.

Pourtant, «on peut dire que l'action de la Fed donne un peu plus de confiance dans la solidité de la reprise», souligne Gregori Volokhine, de Meeschaert New York. «Elle se serait abstenue de ce genre d'action, même symbolique, si elle s'attendait à une rechute de l'économie.»

Et si certains ont cru y lire le prélude d'un relèvement prochain du taux directeur, des chiffres modérés de l'inflation ont atténué toute pression sur la Fed en faveur d'un resserrement de sa politique monétaire. «On a le temps de laisser l'économie guérir», constate Lindsay Piegza, de FTN Financial.

Le sentiment positif est venu d'indicateurs meilleurs qu'attendu, à l'image de l'activité industrielle qui a accéléré en janvier, et s'est traduit non seulement par la progression de la Bourse, mais aussi des marchés du pétrole et de l'or, alors même que le dollar, monnaie dans laquelle ils sont libellés, se renforçait. «Cela indique une certaine confiance dans la croissance, aussi bien en Asie qu'aux États-Unis, et dans la demande finale» en matières premières, note Gregori Volokhine.

Le président de la Fed, Ben Bernanke, avait évoqué la possibilité d'une hausse du taux d'escompte la semaine dernière, expliquant que la Fed souhaitait élargir l'écart entre ce taux (qui s'applique aux prêts accordés aux banques) et le taux des fonds fédéraux au jour le jour, principal instrument de sa politique monétaire. Mais les marchés ne s'attendaient pas à une décision aussi rapide. Et le fait qu'elle soit annoncée bien avant la prochaine réunion de la Fed, le 16 mars, a conduit les investisseurs à revoir en hausse la probabilité d'une hausse du taux des fonds fédéraux dans le courant de l'année.

Hausse du dollar

Sur le coup le dollar a fortement progressé, tandis que les emprunts d'État et les valeurs boursières ont cédé du terrain, après le relèvement du taux d'escompte de 0,5 % à 0,75 %, annoncé par la Fed après la clôture de Wall Street. Les Bourses asiatiques ont ensuite cédé du terrain après la décision de la Fed, qui intervient après les restrictions au crédit déjà annoncées par la Chine. Les Bourses européennes ont également ouvert hier dans le rouge.

Les explications de la banque centrale américaine n'ont pas vraiment convaincu les marchés, qui ont en revanche été plus sensibles aux déclarations de plusieurs membres de la Fed jugeant exagérées les prévisions du marché concernant une hausse des taux.

Le président de la Réserve fédérale de St. Louis, James Bullard, a ainsi estimé que les investisseurs allaient trop loin en anticipant une forte probabilité d'une hausse du taux sur les prêts interbancaires cette année. «La décision sur le taux d'escompte entre dans le cadre d'un processus de normalisation qui concerne également la non-reconduction d'un grand nombre de mesures de liquidités», a-t-il déclaré à la presse à Memphis. «Cela n'apporte aucune indication dans un sens ou dans un autre sur ce que nous pourrions finalement décider sur les Fed Funds», a-t-il ajouté.

«La politique monétaire — comme l'atteste l'objectif pour les Fed Funds — reste accommodante», a insisté Dennis Lockhart, le président de la Réserve fédérale d'Atlanta. «Cette stratégie est nécessaire pour soutenir une reprise qui n'est encore qu'à ses débuts et qui reste, à mes yeux, toujours fragile».