Le retour à l'équilibre sera «difficile», selon Bachand

Au lendemain d'un rapport du vérificateur général du Québec au sujet des sacrifices qui devront être faits pour rétablir l'équilibre budgétaire d'ici 2013-14, le ministre des Finances a concédé que l'exercice allait être «difficile», mais que Québec atteindra son objectif.

Dans son rapport 2009-10 déposé mercredi à l'Assemblée nationale, le vérificateur général, Renaud Lachance, a rappelé que Québec devra trouver 28,2 milliards d'ici quatre ans. De cette somme, des mesures de 6,5 milliards ont déjà été trouvées, mais Québec n'a pas encore précisé la provenance des autres 21,7 milliards.

De plus, a indiqué M. Lachance, le montant prévu de 6,5 milliards comprend 2 milliards que compte aller récupérer le gouvernement dans sa lutte contre l'évasion fiscale, un combat qui n'a jamais porté ses fruits dans le passé.

Prié de dire si Québec serait capable de rétablir l'équilibre dans les délais prévus, le ministre des Finances, Raymond Bachand, a répondu: «Tout à fait. C'est difficile, et le vérificateur général le note, de contrôler les dépenses année après année, comme les citoyens nous le demandent.»

M. Bachand, s'exprimant lors d'un point de presse dans les couloirs de l'Assemblée nationale à l'issue d'un caucus libéral, a ajouté que «l'engagement qu'on prend [est de limiter la croissance des dépenses à 3,2 %], on va le faire, mais ça va être dur».

Le gouvernement du Québec, qui devrait déposer son budget le mois prochain, a vu ses dépenses croître en moyenne de 4,6 % au cours des dernières années.

Un excédent en 2013-14

Selon les données du ministère des Finances, le déficit atteindra 4,7 milliards au cours des années 2009-10 et 2010-11, pour ensuite diminuer au cours des deux années suivantes, jusqu'à ce qu'il se transforme en excédent de 88 millions en 2013-14.

Le vérificateur général a toutefois calculé qu'avec une croissance des dépenses de 4,6 % par année, le déficit atteindrait rapidement 10,2 milliards pour la seule année 2013-14.

Pour contourner la loi antidéficit jusqu'en 2014, les libéraux de Jean Charest ont fait adopter le projet de loi 40 en septembre dernier. Au moment du vote, effectué avec le recours au bâillon, les partis d'opposition ont déploré le fait que le gouvernement omette de déposer un plan détaillé portant sur le plan de retour à l'équilibre budgétaire.

Le rapport du vérificateur général a noté que sur les mesures de 21,7 milliards que Québec n'a pas encore détaillées, 12,3 milliards porteraient sur les revenus et 9,4 milliards, sur une diminution des dépenses de programmes.