Le chômage restera élevé, dit la Fed

Washington — La Réserve fédérale américaine prévoit que le chômage ne baissera que lentement aux États-Unis au cours des deux prochaines années, les Américains meurtris par la récession risquant de rester prudents, ne laissant place qu'à une reprise modérée.

Dans ses prévisions économiques actualisées, publiées hier, la Fed estime que le taux de chômage aux États-Unis pourrait atteindre entre 9,5 et 9,7 % cette année. L'an prochain, il devrait baisser pour se situer entre 8,2 à 8,5 %. D'ici 2012, il devrait atteindre entre 6,6 et 7,5 %.

Ces prévisions ont peu changé par rapport aux projections diffusées par la Fed fin novembre, mais montrent que le chômage restera à un niveau élevé durant cette année des élections de mi-mandat ainsi qu'en 2012, année de la présidentielle.

La Fed prévoit une croissance comprise entre 2,8 % et 3,5 % cette année. La croissance devrait s'accélérer l'an prochain pour atteindre entre 3,4 et 4,5 % et un rythme similaire en 2012. Or d'après les spécialistes, il faudrait une croissance d'au moins 5 % par an pour écorner le taux de chômage.

Les responsables de la Fed jugent qu'il faudra «un certain temps», sans se prononcer davantage, avant un retour à la normale pour l'économie et le marché de l'emploi américains.

Auparavant, ils avaient laissé entendre qu'il faudrait cinq à six ans avant un plein rétablissement des conditions économiques. Mais une minorité non négligeable pensait toutefois qu'il faudrait plus avant un retour à la normale.

La Fed prévoit que «le rythme de la reprise sera limité par l'incertitude des ménages et des entreprises». Elle s'attend seulement à «une amélioration progressive des conditions du marché de l'emploi et une lente amélioration des conditions du crédit dans le secteur bancaire».