Agropur enregistre des résultats robustes

Agropur prévoit que l’année 2010 sera encore meilleure que celle qui vient de se terminer.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Agropur prévoit que l’année 2010 sera encore meilleure que celle qui vient de se terminer.

Agropur s'est visiblement bien tirée d'affaire en 2009, malgré le contexte économique difficile, puisqu'elle a réalisé les meilleurs chiffres d'affaires et excédents avant ristournes de son histoire. La coopérative compte maintenant accroître sa présence à l'international pour assurer son développement.

Les résultats dévoilés hier dans le cadre de l'assemblée générale annuelle indiquent que le chiffre d'affaires a atteint près de 3,1 milliards de dollars en 2009, contre 2,8 milliards en 2008. L'excédent avant ristournes et impôts s'élevait pour sa part à 138,3 millions, comparativement à 121,1 millions l'année précédente.

Le chef de la direction, Pierre Claprood, prévoit en outre que l'année 2010 sera encore meilleure. Il estime en fait que la coopérative pourrait réaliser un chiffre d'affaires de plus de 3,4 milliards, et ce, même sans effectuer de nouvelles acquisitions. En conférence de presse, M. Claprood a aussi rappelé que «le chiffre d'affaires double tous les dix ans» et devrait donc dépasser les six milliards en 2020.

Cette croissance passera toutefois par une présence accrue sur la scène internationale. «Le Canada est un pays relativement petit», a-t-il d'abord rappelé. Un pays où trois gros joueurs — Agropur, Saputo et Parmalat — accaparent chacun 25 % du marché des produits laitiers. «La seule façon de croître, c'est donc de prendre de l'expansion à l'extérieur, a souligné M. Claprood. L'avenir pour nous passe par les États-Unis et possiblement l'Amérique du Sud.»

C'est pour cette raison qu'Agropur a procédé à trois acquisitions en sol américain en 2009, de sorte qu'elle y emploie désormais près de 800 personnes dans six usines réparties en Iowa, au Michigan, au Minnesota et au Wisconsin. «Sur une base annualisée, les activités d'Agropur hors Canada représentent entre 750 et 800 millions de dollars, soit approximativement le quart du chiffre d'affaires. Selon nos prévisions, en 2010, nos installations fromagères américaines devraient produire 50 % plus de fromage que nos activités fromagères canadiennes et devraient représenter le double de la production de fromage d'Agropur au Canada d'ici quelques années», a expliqué le chef de la direction.

Agropur est aussi partenaire dans une coentreprise en Argentine, un pays où le lait est meilleur marché et qui offre un point de départ permettant «d'approvisionner le marché asiatique, notamment la Chine, le Japon et le Vietnam», selon M. Claprood. On lorgne en outre du côté de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande, même si rien de précis n'est actuellement sur la table.

La direction d'Agropur a par ailleurs réaffirmé son appui au maintien du système de gestion de l'offre actuellement débattu au sein de l'Union européenne et des instances de l'Organisation mondiale du commerce. L'idée d'accroître la présence de la coopérative sur la scène internationale n'est toutefois pas étrangère à ce débat. Le ministre fédéral responsable de l'Agriculture, Jean-Pierre Blackburn, a toutefois assuré que le gouvernement allait défendre le système de gestion de l'offre au Canada, au cours d'un point de presse tenu en marge de l'assemblée.