Consumer Electronic Show de Las Vegas - Une année de reconstruction pour le secteur de l'électronique

Des journalistes observent le vol d’un de l’AR drone, un robot piloté grâce à l’iPhone ou au baladeur iPod touch.
Photo: Agence France-Presse (photo) Ethan Miller Des journalistes observent le vol d’un de l’AR drone, un robot piloté grâce à l’iPhone ou au baladeur iPod touch.

Las Vegas — Les fabricants d'électronique, ébranlés par une crise économique qui leur a fait encaisser un rare déclin de leurs ventes, espèrent la «reconstruction» pour 2010, grâce à l'essor des économies émergentes et des fonctionnalités toujours plus poussées pour leurs appareils.

À la veille du coup d'envoi du grand salon Consumer Electronic Show (CES) de Las Vegas , l'association représentant les plus grands noms du secteur a choisi l'image d'un brasier pour illustrer l'année catastrophique qui vient de s'achever, marquée par un recul de 2 % du chiffre d'affaires du secteur. «Cette année sera celle de la reconstruction», a déclaré l'analyste Shawn Dubravac.

L'Association américaine du secteur (CEA, en anglais) table pour 2010 sur un chiffre d'affaires mondial de 681 milliards $US, autant qu'en 2009, sur la base d'une enquête menée auprès de plus de 450 000 commerçants dans 114 pays.

Selon l'un de ses analystes, Steve Koenig, des régions émergentes comme l'Amérique latine, la Chine et l'Asie offriront de belles occasions d'expansion, mais le marasme des pays développés et la pression sur les prix qui en résulte pèsera sur le total. Résultat: cette année pour la première fois la région Asie-Pacifique représentera un débouché aussi important que l'Amérique du Nord et l'Europe de l'Ouest réunies (36 % du marché), alors qu'en 2008 encore les principales économies développées monopolisaient 40 % des ventes d'électronique, contre 30 % pour l'Asie-Pacifique.

Au total, le secteur de l'équipement télécoms devrait surmonter le creux de 2009, et écouler 169 milliards d'appareils en 2010, un tout petit plus qu'il y a deux ans.

Parmi les nouveautés qui devraient marquer cette phase de stabilisation du secteur, les plus de 2500 exposants, dont plus de 330 nouveaux venus, vont proposer des appareils toujours plus multifonctions — au point que les télévisions peuvent devenir des téléphones, grâce à des connexions Internet et au service Skype, qui a annoncé des partenariats mardi, et que le jour où les téléphones portables pourront permettre de regarder la télévision semble tout proche.

Plusieurs fabricants devraient notamment présenter des téléphones portables ultrasophistiqués, pour rivaliser avec deux stars du secteur qui ne font pas le déplacement, Apple et Google. Ce dernier a présenté mardi le premier appareil conçu par ses propres ingénieurs, le Nexus One, qui se veut l'un des plus performants du marché.

De nouvelles offres sont attendues également du côté des ordinateurs, de plus en plus légers, portables, et maniables.

Une catégorie à mi-chemin des téléphones et des ordinateurs portables, les «tablettes» électroniques, devrait également tenter de s'imposer, que des rumeurs de presse insistantes laissent attendre une nouveauté de ce type chez Apple.

Ces appareils n'ont pas été dévoilés mardi, mais les journalistes et experts ayant anticipé l'ouverture du salon ont pu déjà admirer le vol d'un de l'AR drone, un drone à «réalité augmentée» réalisé par le français Parrot, spécialiste des accessoires pour téléphones portables, permettant de piloter un petit objet volant ultra-léger à hélices grâce à l'iPhone ou au baladeur iPod Touch.

Les étourdis ont pu anticiper sur la commercialisation prévue au deuxième trimestre du petit accessoire Zomm, une «laisse sans fil pour votre téléphone», selon ses créateurs, qui vous alerte si vous égarez votre téléphone grâce à la technologie Bluetooth.

Quant aux sportifs, ils peuvent se préparer à filmer et diffuser leurs exploits, grâce aux lunettes-caméras adaptées au tournage d'images à moto, à skis ou en plongée, que la société Liquid Image prévoit de vendre d'ici à la fin de l'année.