L'alliance British Airways-American Airlines nuirait à la concurrence

British Airways a indiqué qu’elle apporterait «une réponse forte aux commentaires du département de la Justice américain».
Photo: Agence Reuters Toby Melville British Airways a indiqué qu’elle apporterait «une réponse forte aux commentaires du département de la Justice américain».

New York — Une alliance renforcée British Airways-American Airlines en l'état nuirait à la concurrence «sur certains trajets transatlantiques», a estimé hier le département américain de la Justice, qui a recommandé des cessions pour approuver ce rapprochement.

«L'accord proposé par les candidats nuirait à la concurrence sur certains trajets transatlantiques qui concernent 2,5 millions de passagers par an», a estimé le département dans un communiqué. «Les tarifs des trajets sur les lignes Boston-Londres, Chicago-Londres, Dallas-Londres, Miami-Londres, Miami-Madrid et New York-Londres pourraient augmenter de jusqu'à 15 % dans le cadre de l'accord proposé.»

«Nous recommandons par conséquent que le ministère des Transports», décisionnaire final, «impose des conditions», notamment des désinvestissements sur certains créneaux horaires, pour protéger la concurrence, ajoute-t-il.

American Airlines, British Airways et Iberia, trois membres de l'alliance Oneworld, ainsi que Finnair et Royal Jordanian, qui se sont jointes au processus, ont signé un accord de coopération donnant la possibilité aux passagers de bénéficier des liaisons des trois compagnies entre l'Amérique du Nord et l'Europe. Ces compagnies ont demandé au département des Transports américain une immunité antitrust, garantie que les autorités de la concurrence ne les poursuivront pas dans le cadre de leur alliance, un sésame déjà obtenu par les alliances concurrentes Star et SkyTeam.

L'alliance pourrait fonctionner sans cette immunité, mais les compagnies ne seraient pas à l'abri d'éventuelles poursuites.


Une réponse forte

Philip Allport, porte-parole de British Airways, a indiqué que la compagnie britannique apporterait «une réponse forte aux commentaires du département de la Justice américain».

«Les problèmes mis en avant par le département de la Justice sont les mêmes que ceux qu'il avait déjà soulevés pour l'alliance Continental-United Star, arguments que le département des Transports», décisionnaire ultime, «avait finalement rejetés», a-t-il noté.

«La manière la plus rapide d'améliorer la concurrence dans le marché mondial de l'aviation serait d'accorder à Oneworld l'immunité antitrust», qui placerait cette alliance «sur un pied d'égalité avec les alliances concurrentes Star et SkyTeam, qui bénéficient déjà de cette immunité», a poursuivi M. Allport.

La Commission européenne avait mis en cause début octobre l'accord de coopération sur les vols transatlantiques entre British Airways, American Airlines et Iberia après l'ouverture en avril d'une enquête formelle. D'après le Financial Times, elle a prévenu les trois compagnies qu'elles pourraient avoir à abandonner des créneaux d'aéroports, en échange de l'autorisation de leur alliance sur les vols transatlantiques.