La croissance mondiale des salaires s'est «considérablement ralentie» en 2008

Genève — La croissance mondiale des salaires s'est «considérablement ralentie» en 2008 en raison de la crise économique et devrait «chuter encore» en 2009 «malgré des signes d'éventuelle reprise économique», a déclaré hier le Bureau international du travail (BIT).

L'instance de l'Organisation internationale du travail (OIT), une agence onusienne, a analysé les données de 35 pays, dont les États-Unis, la Russie, le Japon et le Brésil — mais pas la Chine et l'Inde, pour lesquels des chiffres ne sont pas disponibles.

Selon le BIT, «le tableau va probablement s'assombrir en 2009». Dans la moitié des 35 pays pour lesquels des chiffres sont disponibles, «les salaires mensuels réels ont baissé au premier trimestre 2009 par rapport à la moyenne de 2008, souvent en raison de la chute du nombre d'heures travaillées».

Cela intervient «après une première année difficile pour les salaires en 2008». La croissance des salaires réels est ainsi «passée de 4,3 % en 2007 à 1,4 % en 2008».

«La détérioration continue des salaires réels à l'échelle mondiale soulève de fortes interrogations quant à la véritable étendue du redressement économique, notamment si les gouvernements abandonnent trop tôt leurs plans de relance. La déflation des salaires prive les économies nationales de la demande dont elles ont tant besoin et nuit gravement à la confiance», estime Manuela Tomei, directrice du Programme du BIT sur les conditions d'emploi et de travail, et principale auteure de cette étude.

À voir en vidéo