Croissance prévue de la construction résidentielle

Ottawa — La reprise de la construction résidentielle s'est amorcée au Canada, estime la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL), ajoutant qu'une hausse du nombre des mises en chantier est prévue l'an prochain par rapport à l'année en cours.

L'agence s'attend ainsi à ce que 164 900 résidences soient mises en chantier en 2010, contre 141 900 cette année. En 2008, 211 056 fondations avaient été coulées.

Selon les données publiées hier par la SCHL, toutes les provinces sauf deux, soit l'Île-du-Prince-Édouard et le Québec, afficheront une augmentation du nombre des mises en chantier l'an prochain.

L'Île-du-Prince-Édouard devrait compter 725 nouvelles fondations en 2010, contre 740 cette année.

Pour le Québec, la SCHL prévoit 43 000 mises en chantier en 2010, en baisse par rapport aux 43 300 prévues cette année. La baisse de 0,7 % sera attribuable à un recul de 5,7 % attendu dans le créneau des logements collectifs. Selon la SCHL, deux facteurs exerceront des pressions à la baisse sur la production dans ce segment du marché, à savoir le repli de la croissance de la population des aînés de 75 ans et plus — qui limitera la demande de résidences pour personnes âgées — et l'ampleur de l'offre — qui restera assez conséquente.

Le segment des logements individuels, toujours au Québec, devrait pour sa part afficher une croissance de 7,1 % en 2010, appuyé par l'amélioration de la conjoncture économique et financière, de même que par la diminution de l'offre sur le marché de la revente.

Malgré la prévision d'ensemble légèrement baissière pour ce qui est des mises en chantier au Québec, la SCHL soutient que la reprise économique, des conditions d'emprunt toujours avantageuses et un resserrement du marché de la revente se traduiront par un rythme d'activité dans la province qu'elle qualifie de «soutenu».

À voir en vidéo