Deux fondateurs quittent Transat

Transat a connu un excellent hiver malgré la conjoncture économique difficile et l'éclosion de la grippe A(H1N1) en fin de saison. Le voyagiste annoncé également le départ de deux des trois cofondateurs de l'entreprise.

Lina De Cesare, présidente, Voyagistes, et Philippe Sureau, président, Distribution, quitteront leurs fonctions le 1er novembre prochain. Ces dirigeants de la première heure de Transat et cofondateurs du voyagiste il y a 30 ans sous le nom de Tourbec, demeureront administrateurs tout en exerçant les fonctions de conseiller du président et chef de la direction, Jean-Marc Eustache.

Ce dernier a annoncé, du même souffle, la nomination de Nelson Gentiletti à titre de chef de l'exploitation. Chez Transat depuis 2002, M. Gentiletti occupe à l'heure actuelle les postes de président de Transat Tours Canada et de chef de la direction financière par intérim.

Parallèlement, l'un des plus grands voyagistes intégrés au monde a précisé avoir terminé son deuxième trimestre, clos le 30 avril, avec un bénéfice net de 42,2 millions, ou de 1,27 $ par action, contre 41,7 millions, ou 1,25 $ l'action, au trimestre correspondant de 2008. Les revenus ont augmenté de 5 %, de 1,08 milliard à 1,13 milliard. Transat a souligné avoir eu un nombre record de voyageurs au cours de sa saison hivernale. S'ils ont continué à voyager malgré la conjoncture économique difficile, les gens ont cependant réduit leur budget de voyage et ont troqué les hôtels luxueux pour des trois étoiles.

Transat a ajouté que les pressions de la concurrence ont été ressenties sous forme de baisses de prix et d'excédent de capacité. Ainsi, la marge d'exploitation du trimestre a été de 39,1 millions, contre 70,7 millions un an plus tôt. La détérioration des marges est également due au fait que «la société n'a pas pu profiter pleinement de la baisse des prix du carburant à cause de ses positions de couverture de carburant».

En revanche, les gains hors trésorerie réalisés sur les contrats à terme de carburant comptent pour 25,7 millions des 42,2 millions de bénéfices nets affichés, ces gains ayant été de 14,1 millions au deuxième trimestre de 2008.

Le voyagiste a comptabilisé des hausses de revenus tant en Amérique du Nord (+3,3 %) qu'en Europe (+12,9 %). «Ces augmentations sont en partie attribuables à un accroissement de l'activité commerciale et à la vigueur de l'euro face au dollar», a-t-il indiqué.

Au 30 avril dernier, Transat comptabilisait une trésorerie et des équivalents de 239,8 millions, par rapport à 145,8 millions à la fin de l'exercice de 2008. L'entreprise a souligné avoir augmenté de 4,2 millions après impôts sa provision pour dévaluation de ses papiers commerciaux adossés à des actifs (PCAA). «La provision pour dévaluation totale se chiffrait à 55,3 millions au 30 avril 2009, soit 40,6 % de la valeur nominale ajustée de 136,1 millions au titre des PCAA détenus», a précisé le voyagiste.

Au total, pour le premier semestre, Transat a inscrit un bénéfice net de 12,8 millions, contre 33,9 millions au premier semestre de 2008, soit un recul de 62 %, qui contraste avec la hausse de 8 % des revenus, de 1,86 milliard à 2,01 milliards.

À voir en vidéo