Les ménages canadiens croulent sous les dettes

La dette des ménages a atteint le niveau historique de 1300 milliards de dollars en 2008.
Photo: Agence France-Presse (photo) La dette des ménages a atteint le niveau historique de 1300 milliards de dollars en 2008.

Vancouver — Les familles canadiennes ont de plus en plus recours au crédit pour payer leurs dépenses courantes, ce qui a fait grimper la dette des ménages du pays au niveau historique de 1300 milliards en 2008, a observé hier l'Association des comptables généraux accrédités du Canada.

Selon CGA-Canada, plusieurs individus ne sont pas conscients de l'impact du ralentissement économique sur leur situation financière, et ils continuent de cumuler les achats à leurs comptes de cartes de crédit et de gruger leur marge de crédit tout en omettant d'épargner. D'après un sondage compris dans le rapport du groupe, 85 % des ménages avaient, en novembre dernier, une dette active de carte de crédit. Quelque 21 % des répondants admettaient ne plus être en mesure de gérer le poids de leur dette.

«L'endettement des ménages canadiens a nettement augmenté ces dernières années, ce qui met en péril leur sécurité financière», a affirmé dans un communiqué le président et chef de la direction de CGA-Canada, Anthony Ariganello.

Pas moins de 49 % des familles avec au moins un enfant de moins de 18 ans ont affirmé que leur dette avait grimpé ces trois dernières années, révèle le sondage réalisé sur Internet auprès de 2014 Canadiens, dont la marge d'erreur est de 2,2 points de pourcentage, 19 fois sur 20. Les marges de crédit et les cartes de crédit représentent la plus grande partie de la dette de consommation des ménages. Le quart des personnes interrogées ne serait pas capable de faire face à une dépense imprévue de 5000 $, tandis qu'une personne sur dix aurait de la difficulté à débourser un coût imprévu de 500 $.

Selon le rapport de l'association, le niveau d'endettement personnel des Canadiens est très inquiétant et les perspectives d'amélioration de la sécurité financière des ménages sont faibles.