Washington protège les utilisateurs de cartes de crédit

Washington — Le président américain, Barack Obama, a promulgué hier une loi censée mieux protéger les utilisateurs de cartes de crédit et sanctionner plus durement les abus des organismes financiers, dans un pays où le crédit est roi.

«Nous n'allons pas tout permettre aux gens, et nous attendons des consommateurs qu'ils vivent selon leurs moyens et qu'ils paient ce qu'ils doivent, mais nous attendons des institutions financières qu'elles agissent avec le même sens des responsabilités», a dit M. Obama lors de la cérémonie de signature à la Maison-Blanche.

Il a relevé que si certains se retrouvaient aujourd'hui pris à la gorge «parce qu'ils ont dépensé inconsidérément et pris leurs désirs pour des réalités», nombre d'Américains étaient en revanche les victimes des pratiques des sociétés émettrices de cartes de crédit.

«On rédige les contrats non pour informer, mais pour semer la confusion. Des frais apparaissent mystérieusement sur les relevés. Les termes changent. Les taux augmentent. Et, tout à coup, une carte de crédit qui devait être une bouée de sauvetage devient un boulet», a-t-il dit.

Environ 44 % des familles américaines ont un découvert sur leur carte de crédit, selon la Maison-Blanche.

Les sanctions infligées aux sociétés émettrices qui violeraient les règles vont être renforcées.

Les contrats devront être rédigés en termes compréhensibles et lisibles. Les relevés devront informer clairement les consommateurs des frais qui leur sont imposés et les justifier.

La loi interdit les augmentations arbitraires de taux et proscrit ou restreint sévèrement les hausses rétroactives.

Les sociétés émettrices devront donner au moins 21 jours calendaires pour payer les factures et cesser de changer les échéances de paiement. Elles devront prévenir au moins 45 jours à l'avance de tout changement des termes du contrat. La loi contient aussi des protections pour les étudiants et les jeunes.

À voir en vidéo