Le trafic maritime chute à Montréal

La récession mondiale pèse sur le transport par bateaux: au cours des premiers mois de 2009, le trafic a chuté de 44 % sur la Voie maritime du Saint-Laurent et de plus de 14 % au Port de Montréal.

Quelque 2,59 millions de tonnes de marchandises ont circulé sur la Voie maritime du 1er janvier au 30 avril, soit 44 % de moins que pendant la même période de l'an dernier.

Sur le segment compris entre Montréal et le lac Ontario, les cargaisons ont totalisé 1,87 million de tonnes, en baisse de 38 %. Le transport de minerai de fer a particulièrement écopé, plongeant de 64 %, à 385 000 tonnes. Le secteur des céréales a été plus stable avec un recul de 5,5 %.

Le Port de Montréal a évidemment subi les contrecoups de cette baisse généralisée des activités. De janvier à mars, le trafic total a diminué de 14 % pour se chiffrer à 5,17 millions de tonnes. C'est le segment des produits solides en vrac qui a pâti le plus avec une réduction du tiers du trafic. Ont suivi les marchandises diverses non conteneurisées (-19 %), les marchandises diverses conteneurisées (-15 %) et les produits en vrac liquides (-2 %).

En 2008, 40,8 millions de tonnes ont circulé sur la Voie maritime du Saint-Laurent, soit 5 % de moins qu'en 2007. La baisse était surtout attribuable aux céréales.

Au Port de Montréal, on a terminé 2008 avec une hausse de 3,9 % du trafic total. Le segment des marchandises diverses non conteneurisées a reculé de 80 122 tonnes (-27 %), alors que celui des marchandises conteneurisées a crû de 915 121 tonnes (7 %).

L'administration portuaire a récemment annoncé qu'elle allait mettre fin, le 30 juin, à l'augmentation de 5 % de ses tarifs, qui était entrée en vigueur le 1er janvier.

Le Baltic Dry Index, un indicateur du commerce maritime mondial, est passé de plus de 11 000 points en juin 2008 à tout juste 663 points en décembre. Il frôle actuellement les 2000 points.

L'assemblée annuelle du Port de Montréal, qui se déroule habituellement en avril, n'a pas encore eu lieu cette année. L'organisme est actuellement à la recherche d'un nouveau p.-d.g. dans la foulée du départ précipité de Patrice Pelletier, en mars.

À voir en vidéo