Alcoa met à pied 275 travailleurs à son usine de Bécancour

Le géant américain de l'aluminium Alcoa a annoncé hier la mise à pied d'environ 275 travailleurs à son usine de Bécancour, après que le syndicat lui eut refusé une réduction des heures de travail afin de l'aider à réduire ses coûts.

L'entreprise de Pittsburgh a indiqué que d'immenses cuves servant à contenir l'aluminium en fusion utilisé pour produire le métal léger seraient fermées d'ici à la fin du mois, en raison de la récession, de la baisse de la demande et de la chute des prix de l'aluminium.

«À l'usine de Bécancour, nous ne sommes pas parvenus à nous entendre avec le syndicat, de sorte qu'il nous a fallu trouver une autre façon de réduire nos coûts d'exploitation, et c'est ce que nous avons annoncé aujourd'hui», a affirmé le porte-parole Pierre Després lors d'un entretien.

La réduction de production durera pendant une période de temps indéterminée, a-t-il dit. La production pourrait reprendre si les prix de l'aluminium remontent, après avoir chuté de façon importante ces derniers mois.

Les employés des trois autres usines d'Alcoa au Québec ont consenti à une diminution de leurs heures de travail ou du temps supplémentaire dans le but de permettre à l'entreprise de réduire ses coûts de 15 %.

Le syndicat des métallurgistes qui s'est opposé à de telles mesures était impliqué dans des négociations visant à renouveler la convention collective de ses membres, échue depuis novembre. Il a été impossible, hier, de rejoindre un représentant de cette organisation syndicale.

L'une des séries de trois cuves des installations de Bécancour avait également été fermée en 2004, à la suite d'une grève des travailleurs.

Plus tôt cette semaine, Alcoa a rapporté avoir subi une perte nette de 497 millions $US au premier trimestre de l'exercice 2009, alors que ses revenus ont chuté de 44 % par rapport à la même période il y a un an.

L'usine de Bécancour compte environ 1000 employés et produit 418 000 tonnes d'aluminium par année. Elle est détenue à 75 % par Alcoa, tandis que les derniers 25 % appartiennent à Rio Tinto Alcan.

À voir en vidéo