Hydro-Québec a engrangé 3,14 milliards en 2008

Très satisfaite de ses résultats financiers en 2008, Hydro-Québec ne se sent pas particulièrement menacée par les effets négatifs que la crise économique pourrait avoir ou pas cette année. «Nous suivons la situation de très près. Nous avons quatre milliards en liquidités pour faire face à nos engagements et les fonds nécessaires pour nos travaux, y compris à La Romaine», a déclaré Lise Croteau, vice-présidente à la comptabilité et au contrôle.

Elle a expliqué au cours d'une conférence téléphonique avec les journalistes qu'il était trop tôt pour prédire ce que seront les résultats de 2009, y compris la baisse possible d'exportation d'énergie aux États-Unis où le ralentissement économique est particulièrement puissant. «Nous gérons nos risques de façon très active et nous sommes très confiants d'atteindre nos objectifs», a-t-elle ajouté. Et pour le financement des emprunts? Hydro-Québec a réussi facilement à aller chercher un milliard au début de l'année à un taux inférieur à 5 %, soit un taux comparable à ceux de 2008.

Au fait, l'exercice financier 2008 est celui qui a produit le meilleur bénéfice net pour activités poursuivies dans toute l'histoire de cette société d'État. Le bénéfice net en incluant les activités abandonnées a été de 3,14 milliards, en hausse de 8 % ou de 234 millions sur celui de 2007. Cette hausse résulte d'une croissance de 380 millions des exportations nettes d'électricité et d'un gain de 126 millions lié aux ajustements de prix prévus au contrat de vente de la participation dans Transelec au Chili.

Ces facteurs ont toutefois été atténués par une augmentation de 285 millions des redevances hydrauliques qui ont fait baisser le bénéfice net d'autant, mais qui en revanche ont été fort bienvenues dans les coffres du gouvernement. Pour l'ensemble de l'année, les redevances totalisent 552 millions, ce à quoi il faut ajouter 2,25 milliards en dividendes à l'actionnaire, qui est aussi le gouvernement québécois. En additionnant tout cela, on obtient une jolie somme de 2,8 milliards.

Avec un rendement des capitaux propres de 15,4 % en comparaison de 15 % en 2007 et l'atteinte d'un niveau d'autofinancement de 44,9 % par rapport à 61,9 % à l'année précédente, «2008 a été une année d'exception pour Hydro-Québec», a dit Mme Croteau. Les produits ont atteint 12,7 milliards, en hausse de 3 %, et les produits de vente d'électricité ont augmenté de 379 millions pour un total de 12,36 milliards. Au Québec, les ventes d'électricité ont rapporté 10,4 milliards, en comparaison de 10,3 milliards en 2007. L'augmentation de 77 millions a résulté des ajustements tarifaires de 2007 et 2008, mais les températures moins froides ont entraîné une baisse de la demande de 1,1 TWh et en ajoutant la baisse dans le secteur industriel, on arrive à une diminution de 2 TWh.

Sur les marchés hors Québec, les ventes d'électricité ont généré 1,9 milliard, en hausse de 302 millions. Il y a eu croissance de 3,6 TWh des exportations d'Hydro-Québec Production et des conditions de marchés très favorables. En fait, le prix de vente moyen sur les marchés d'exportation a été de 8,91 cents le KWh, en comparaison de 8,02 cents en 2007. Au Québec, le prix de vente moyen a été 6,13 cents en 2008. Pour ce qui est du volume, les ventes ont été de 170,4 TWh au Québec et de 21,1 TW1 hors Québec.

D'autre part, les charges totales ont totalisé 7,2 milliards, en hausse de 324 millions. Mme Croteau explique cette augmentation principalement par la hausse de la charge d'amortissement des actifs et passifs réglementaires d'Hydro-Québec Distribution liés aux écarts de coûts de transport, et par l'augmentation de 285 millions des redevances hydrauliques versées par la division Production au gouvernement. Cette hausse a du reste été atténuée par une diminution des achats d'électricité postpatrimoniale par la division Distribution.

Par division, le bénéfice net a été de 2,1 milliards dans le cas de Production, de 481 millions pour TransÉnergie et de 421 millions pour Distribution. Les activités d'Hydro-Québec Équipement et de la Société d'énergie de la Baie James ont entraîné des déboursés de 2,4 milliards, en comparaison de 2,1 milliards en 2007. Hydro-Québec a investi 4 milliards en 2004 et 3,6 milliards en 2007. À la fin de 2008, l'actif totalisait 66,7 milliards, en hausse de 1,9 milliard pendant l'année.

À voir en vidéo