Rio Tinto Alcan: Montréal écope aussi

Le projet de modernisation de la Maison Alcan ira de l’avant, mais se déroulera moins rapidement de prévu.
Photo: Jacques Nadeau Le projet de modernisation de la Maison Alcan ira de l’avant, mais se déroulera moins rapidement de prévu.

Rio Tinto Alcan compte éliminer jusqu'à 140 postes à son siège social de Montréal, alors que le producteur d'aluminium réduit sa production en réaction à la baisse des prix et de la demande mondiale.

Le nombre exact des mises à pied demeure à être précisé puisque Rio Tinto Alcan entend atteindre son objectif en ne comblant pas certains postes actuellement libres et en procédant au transfert de certains employés qui se verront confier de nouvelles tâches au sein de l'entreprise, a indiqué hier un porte-parole de celle-ci, Stefano Bertolli. L'élimination de 120 à 140 postes commencera au milieu du mois et se poursuivra tout au long de l'année. «Le siège social est sujet aux mêmes mesures de réduction des coûts que nos usines, alors nous passons par le même processus», a déclaré M. Bertolli lors d'un entretien.

Bien qu'elle n'ait été rendue publique qu'hier, cette mesure fait partie de la restructuration annoncée en janvier. L'entreprise a fait part de sa décision aux employés et agences gouvernementales en février.

Quelque 830 personnes travaillent au siège social montréalais de Rio Tinto Alcan, parmi lesquelles 645 occupent des postes permanents.

Le projet de modernisation du site de la Maison Alcan, prévu avant l'acquisition en 2007 d'Alcan par le géant de l'aluminium Rio Tinto, ira de l'avant, mais se déroulera moins rapidement de prévu, compte tenu du contexte économique auquel fait face l'entreprise, a indiqué M. Bertolli.

Les compressions annoncées hier sont les seules pour le moment prévues au Canada, a ajouté le porte-parole.

En janvier, la société a annoncé l'élimination de 1100 postes dans l'aluminium à l'échelle mondiale. Cela inclut la fermeture de sa fonderie de Beauharnois, à proximité de Montréal, et une réduction de la production de son affinerie d'alumine Vaudreuil à Jonquière, au Saguenay, des mesures qui ont touché 300 travailleurs.

Par ailleurs, Rio Tinto, qui réduit de 14 000 travailleurs ses effectifs mondiaux, a annoncé hier l'élimination de plus de 700 emplois dans ses mines en Australie, de même que le report jusqu'en 2012 du projet d'agrandissement de sa raffinerie australienne de Yarwun, au coût de 1,8 milliard $US.

Lundi, QIT-Fer et Titane, filiale de Rio Tinto, a annoncé la suspension temporaire des activités de ses installations à Sorel-Tracy et Havre-Saint-Pierre, dans le but d'épargner 25 millions de dollars en raison de l'incertitude des marchés et de la crise financière mondiale. Quelque 1800 travailleurs seront ainsi mis à pied pour l'été.

À voir en vidéo