En bref - Le p.-d.g. de GM ne ferme pas la porte à une faillite

Detroit — Fritz Henderson, le nouveau p.-d.g. de General Motors, a laissé hier la porte ouverte à un placement du constructeur sous la protection de la loi sur les faillites afin de mener à bien la vaste restructuration de son activité exigée par la Maison-Blanche.

«Si c'est nécessaire, on se mettra en faillite pour mener la tâche à bien», a déclaré Fritz Henderson lors de l'émission Meet the Press sur NBC. «Notre préférence est de faire ce travail en dehors de la faillite», a-t-il néanmoins précisé. Le président Barack Obama a donné lundi dernier 60 jours à General Motors pour lui présenter un nouveau plan de restructuration acceptable.

À voir en vidéo