Les TCA ne négocient plus avec GM

Toronto — Le président des Travailleurs canadiens de l'automobile (TCA) a de nouveau affirmé, hier, que le syndicat ne retournerait pas à la table de négociations avec General Motors, ajoutant qu'agir de la sorte nuirait à la crédibilité de l'organisation.

À la suite d'une allocution prononcée devant l'Economic Club de Toronto, Ken Lewenza a affirmé à des journalistes que les TCA avaient signé avec GM une entente rendant les opérations canadiennes du constructeur concurrentielles avec ses opérations américaines et les usines non syndiquées tant au Canada qu'aux États-Unis.

Plus tôt cette semaine, les gouvernements américain et canadien ont tous deux fait savoir que les plans de restructuration soumis par GM et Chrysler étaient insuffisants, et ont demandé à ce qu'ils soient modifiés de façon radicale. Au pays, les gouvernements ontarien et fédéral ont affirmé que GM devrait obtenir davantage de concessions des TCA, et ce, même si les deux parties viennent de ratifier une entente, il y a tout juste trois semaines.

Par ailleurs, M. Lewenza a réitéré l'appel des TCA en faveur d'un nouveau pacte automobile continental qui obligerait les constructeurs étrangers, notamment ceux d'Asie, «à ajouter autant de valeur en Amérique du Nord qu'ils vendent ici».

Le sauvetage de l'industrie de l'automobile est crucial pour l'économie canadienne en général et pour l'avenir du pays en tant que nation commerçante, après que les gouvernements eurent laissé péricliter le secteur manufacturier, a dit le président des TCA.

À voir en vidéo