Les banquiers de la City s'inquiètent des manifestations

Un travailleur de la City de Londres passe devant un édifice placardé en prévision de la manifestation d’aujourd’hui.
Photo: Agence France-Presse (photo) Un travailleur de la City de Londres passe devant un édifice placardé en prévision de la manifestation d’aujourd’hui.

Londres — Les employés de la City, le coeur financier de Londres, sont partagés entre inquiétude et volonté de travailler comme si de rien n'était durant la grande manifestation prévue aujourd'hui en prélude au sommet du G20.

Tout en restant prudents, les banquiers croisés dans les rues proches de la Banque d'Angleterre se disaient résolus à ne rien changer à leurs habitudes, à la veille de ce rassemblement potentiellement hostile à leur corporation.

«Nous n'allons pas laisser une bande de manifestants diriger nos vies», a déclaré un banquier, qui n'a pas souhaité être nommé. Il a ajouté que malgré une note interne de son entreprise conseillant aux employés de se fondre dans la foule, il porterait bien un costume pour aller travailler.

Certains sont toutefois inquiets depuis que les rues de la City ont été jonchées de tracts diffusant des messages tels que «pendons les banquiers» ou «prenons les banques d'assaut».

«Je n'ai pas très envie d'être pendu à un lampadaire, j'ai une femme et trois enfants», a indiqué un autre banquier, ajoutant qu'il ne s'aventurerait pas hors du bureau pour aller déjeuner.

Forte mobilisation policière

Ed Horner, qui travaille pour l'entreprise de conseil financier Collins Stewart, indiquait que ses collègues étaient partagés à «50-50» entre ceux qui s'habilleraient décontracté et ceux qui s'y refuseraient, s'estimant injustement visés par les manifestants.

«On nous a demandé de nous habiller moins formellement. Je ne sais pas encore si je le ferai, ça dépendra de l'ambiance [ce] matin», a-t-il dit.

La City londonienne a déjà été le théâtre de violents affrontements. Les plus récents avaient vu s'opposer manifestants anti-capitalistes et policiers anti-émeute en 1999 et 2000.

La manifestation du

1er avril, baptisée par les organisateurs Financial Fools Day, doit notamment rassembler des militants altermondialistes et anarchistes et exiger une réforme du système économique mondial.

Plusieurs milliers de policiers ont été mobilisés pour l'occasion. Les autorités disent avoir constaté «un niveau d'activité pratiquement sans précédent» ainsi que la réapparition de certains militants impliqués dans de précédentes manifestations violentes.

Face à la crise économique, le ressentiment vis-à-vis des banquiers s'est accentué, notamment en raison du versement d'importantes primes à certains dirigeants.

Le problème ne se limite cependant pas «à quelques mauvais banquiers et régulateurs endormis», a nuancé Michael Rainsbro, du groupe altermondialiste G20 Meltdown, qui organise la manifestation.

«Le problème est bien plus systémique que cela. Ces problèmes ne peuvent pas être ignorés, il y a bien trop de colère dans l'opinion publique.»

À voir en vidéo