Le prix des métaux de base commence à remonter

Toronto — La diminution des stocks, une hausse de la demande chinoise ainsi que des mesures adoptées par les États-Unis pour relaxer le marché du crédit laissent croire à plusieurs analystes que les prix des métaux de base pourraient avoir atteint leur niveau le plus bas et être en voie de se redresser.

Les prix du cuivre ont le plus profité de ce revirement de situation et sont déjà en hausse d'environ 25 % cette année, par rapport à un recul de plus de 50 % pour l'ensemble de 2008.

L'indice des métaux de base de la Banque Scotia a quant à lui gagné 1,8 % au mois de janvier, le dernier mois pour lequel des données sont disponibles, après cinq mois de reculs consécutifs.

Selon Bob Tebbutt, un analyste du Peregrine Financial Group Canada, les prix des métaux de base sont présentement en hausse grâce à deux principaux facteurs: des améliorations du côté de l'économie chinoise ainsi que la perte de valeur du dollar américain.

Depuis l'adoption de son important plan de relance, la Chine achète d'énormes quantités de métaux, particulièrement du cuivre, pour approvisionner les futurs projets de développement de son State Reserve Bureau. Le pays a déjà acheté 300 000 tonnes de cuivre et devrait s'en procurer 900 000 de plus.

«L'économie chinoise est visiblement en train de relancer le marché en ce moment», a affirmé M. Tebbutt, lors d'un entretien.

Le plan de la banque centrale américaine visant à injecter plus d'un millier de milliards $US dans l'économie américaine, notamment en achetant jusqu'à 300 milliards en obligations gouvernementales à long terme, a de son côté fait chuter la valeur du dollar américain, en raison des craintes d'inflation.

«Vous ne pouvez pas tirer de l'argent de nulle part, il faut imprimer des dollars. L'inflation sera donc radicalement plus élevée», a avancé M. Tebbutt.

«Les prix de toutes les marchandises tarifées en dollars américains, incluant les produits de base, devront être augmentés parce que le dollar américain est en baisse», a-t-il annoncé.

John Redstone, analyste de valeurs minières chez Valeurs mobilières Desjardins, a précisé que le rachat des 300 milliards en obligations gouvernementales permettra d'assouplir le manque de liquidités et viendra faciliter l'emprunt d'argent ainsi que le financement de nouveaux projets.

«Je crois que pour que les prix grimpent, nous devons débloquer la situation du crédit et l'annonce des États-Unis du rachat de 300 milliards sur le marché est un pas dans la bonne direction», a-t-il estimé.

Les prix du cuivre, du nickel et du zinc avaient bondi au cours des dernières années, grâce à la demande en forte croissance avec les économies en développement, comme la Chine et l'Inde.

Les prix ont toutefois dégringolé au fur et à mesure que la crise financière mondiale s'est aggravée et que la demande a chuté dans tous les secteurs, celui des appareils ménagers comme ceux des automobiles et des nouvelles maisons.

Plusieurs analystes estiment que la hausse des prix des métaux de base démontre qu'ils ont atteint leur niveau le plus bas et qu'ils s'apprêtent à remonter. M. Tebbutt prévoit de son côté que la plupart des prix retrouveront leurs sommets antérieurs d'ici quelques années, encouragés notamment par le manque de provisions.

À voir en vidéo