Le Nobel Yunus veut un nouveau système financier «pour le peuple»

Tokyo — Le Prix Nobel de la Paix Muhammad Yunus a jugé hier à Tokyo que la crise économique mondiale fournissait l'opportunité de créer un système financier «pour le peuple» et pas «pour les plus riches».

Père du micro-crédit dont il est venu promouvoir le concept lors d'une visite au Japon, le Bangladais a souligné devant la presse que la tourmente financière n'était pas «la seule crise à l'heure actuelle», citant les crises alimentaire, énergétique et climatique, plus anciennes mais passées au second plan dans les médias.

«Toutes ces crises ont la même origine, elles sont nées des failles structurelles de notre système», selon M. Yunus, pour qui «l'économie actuelle est exclusivement tournée vers la maximisation des profits». Mais de «la plus profonde des crises» peut naître «la meilleure des opportunités»: «tant que les choses fonctionnent à peu près, personne ne veut rien changer, mais maintenant que ça ne marche plus, c'est le bon moment» pour réformer le système, a estimé le Prix Nobel.

«Le système financier doit être entièrement repensé. Il ne fonctionne pas pour le peuple de toute façon! Pour les riches, oui! Les grandes entreprises, oui! Mais pas pour le peuple», a-t-il martelé.

M. Yunus a proposé de fonder un nouveau système «basé sur le concret et non pas sur les rêves» de certains professionnels de la finance. Il a donné l'exemple de la Grameen Bank, la banque du micro-crédit qu'il a fondée en 1976 pour financer les projets de villageoises bangladaises n'ayant pas accès aux crédits bancaires habituels. Trente ans après le lancement du concept, les prêts accordés sans conditions de ressources sont remboursés dans 98 % des cas.

À voir en vidéo