Liaisons nouvelles - Air Canada ajoute trois destinations sans escale à partir de Montréal

Dès cet été, il sera possible de voler directement vers Genève, Rome et Fort-de-France à partir de l’aéroport Trudeau.
Photo: Jacques Nadeau Dès cet été, il sera possible de voler directement vers Genève, Rome et Fort-de-France à partir de l’aéroport Trudeau.

Air Canada amorcera sa saison estivale avec l'ajout de trois nouvelles liaisons sans escale au départ de Montréal. L'une vers Genève, l'autre vers Rome et la troisième vers Fort-de-France, en Martinique. Voilà une bonne nouvelle pour les voyageurs d'affaires et d'agrément. Et, bien sûr, pour Montréal et son aéroport, désormais un «hub» intéressant.

Il y a toujours plus d'une raison pour qu'une ligne aérienne choisisse une destination plutôt qu'une autre. Mais une chose est sûre, Air Canada a «bien fait ses devoirs» avant d'ajouter Genève, Rome et Fort-de-France à son programme des vols sans escale au départ de Montréal.

«En Amérique du Nord, seul l'aéroport John F. Kennedy dessert sans escale la ville de New York à celle de Genève, explique le vice-président Ventes mondiales d'Air Canada, Claude Morin. C'est donc une opportunité pour nous que de lancer cette destination mal desservie, mais en demande tant par les gens d'affaires, les vacanciers que par les organisations internationales.»

«Les Canadiens ne seront pas les seuls à se réjouir de cette nouvelle liaison directe sur Genève au départ de Pierre-Elliott-Trudeau, a déclaré le vice-président général et chef des affaires commerciales d'Air Canada, Benjamin Smith, au cours d'une entrevue avec Le Devoir. Les Américains qui sont de plus en plus nombreux à préférer transiter par Montréal pour la qualité de ses services, plutôt que par New York, profiteront aussi de ce transfert sans escale sur Genève.

Et vice versa! Les voyageurs en provenance des trois villes d'Europe et des Antilles françaises disposeront d'un vaste choix de correspondances à Montréal vers bon nombre de villes aux Québec, au Canada, aux États-Unis.

«Les gens sont très fiers à Genève, affirme Claude Morin. Quoi de plus naturel que de relier Montréal à Genève, deux villes importantes francophones. Les Suisses adorent venir au Québec.» Sans compter que cette nouvelle liaison devrait plaire à certaines communautés ethniques de Montréal, notamment les Libanais, nombreux ici, qui de leur côté tireront parti du vol à destination de Beyrouth, proposé par Swiss au départ de Genève, partenaire de Star Alliance.

Pour Rome, la situation est différente, car elle vise avant tout les voyageurs d'agrément. C'est la raison pour laquelle la nouvelle desserte ne sera offerte qu'en période estivale. Pour l'instant du moins. Toutefois, comme le souligne Enzo Colombo de l'Office italien du tourisme, en poste à Toronto, «il y a une demande de marché et bien que les chiffres restent stables, l'année 2009 s'annonce plutôt bonne, même malgré la conjoncture économique». Donc qui sait!

Quant à Fort-de-France, il y a belle lurette que la ligne aérienne ne dessert plus la capitale de la Martinique. «Depuis environ quinze ans», a confirmé Benjamin Smith. «À l'époque, Air Canada travaillait avec le Club Med qui avait dû fermer ses portes pour cause de rénovation. Du coup, on a cessé les vols.» La décision de reprendre en juillet 2009 la desserte une fois par semaine, toute l'année, fait des heureux tant chez les épris de cette petite France tropicale, que chez les Martiniquais de plus en plus nombreux à venir au Canada, via le «hub» de Montréal.

La conjoncture économique actuelle ne semble donc pas empêcher la Société Air Canada d'innover. «On veut demeurer concurrentiels et même dépasser la concurrence», ajoute Benjamin Smith. L'ajout «Passes de vol» à destination du Vieux Continent en est un autre exemple. Selon la saison, les clients qui achètent la Passe Europe ont le choix entre neuf villes européennes. Cette Passe qui permet aux voyageurs de faire des économies, en classe «Super affaires» ou en classe économique vers Londres, Francfort, Munich, Paris, Zurich, Rome, Genève, Dublin et Madrid comprend six crédits de vol (trois allers-retours) pour un seul voyageur et huit crédits de vol (quatre allers-retours) pour un maximum de deux voyageurs, valable pour une période d'un an.

C'est à bord d'un 767-300ER de Boeing, appareil doté de 211 places qui propose le choix entre la classe économique et le service Super Affaires (équipé de 24 suites dotées de fauteuils-lits ainsi que des écrans individuels dans les deux classes) que les voyageurs à destination de Rome et de Genève voleront. Et un Airbus 319 de 120 places, à destination de Fort-de-France.

Air Canada offre donc maintenant 42 vols sans escale vers 5 destinations en Europe, ce qui représente une augmentation de capacité de 50 %. Par contre, la capacité totale au départ de Montréal reste sensiblement la même. «Il n'y aura pas de changements majeurs à l'horaire, que quelques sièges en moins et certains ajustements pour nous assurer que nos actifs sont déployés de façon rentable, précise Isabelle Arthur, Chef de service, relations avec les médias, Est. Comme l'exploitation d'appareils plus petits.»

Collaboration spéciale

À voir en vidéo