Commission des finances sur la Caisse: l'impasse demeure

Lévis — Bien que la Caisse de dépôt et placement ait enregistré les pires pertes de son histoire et ait été mise sous surveillance par Standard and Poor's hier soir, il apparaissait bien incertain hier que la Commission des finances publiques soit mandatée pour se pencher sur cette contre-performance sans précédent.

Malgré des négociations entamées mercredi, le gouvernement et le Parti québécois ne s'entendaient toujours pas hier soir sur la teneur et sur l'ampleur de l'exercice. Le noeud du problème étant que l'opposition officielle considère comme une condition essentielle la comparution de Jean Charest et Monique Jérôme-Forget, ce que ces derniers refusent.

Le premier ministre a soutenu hier matin, à l'entrée du caucus du PLQ à Lévis, que le gouvernement avait pourtant accepté tous les éléments que l'opposition avait indiqués dans sa lettre du 20 février par laquelle il demandait un mandat d'initiative à la Commission; y compris les comparutions du président du conseil d'administration Pierre Brunet et de l'ancien président Henri-Paul Rousseau.

Mais aux yeux de M. Charest, le PQ a rajouté mercredi soir plusieurs éléments inacceptables pour le gouvernement. «On répond oui à toutes leurs demandes et là ils en redemandent, ils demandent d'autres choses. Je pense qu'il faut, compte tenu du fait que c'est un enjeu qui est très, très sérieux, mettre la politique de côté.»

Le leader du gouvernement, Jacques Dupuis, a été plus loin en pourfendant le critique péquiste en matière de finances, François Legault, dont il a qualifié le comportement d'«irresponsable et irrespectueux de la population» avant d'ajouter: «C'est clairement de la mauvaise foi et sa lettre était un stratagème. Il veut faire un débat politique strictement. Ce n'est pas ça que la population veut.» M. Dupuis a souligné que le débat politique pouvait se tenir ailleurs que devant la Commission des finances publiques, soit à l'Assemblée nationale.

Début février, le gouvernement avait refusé l'idée que la Commission des finances publiques se penche sur les déboires de la Caisse. Mme Jérôme-Forget avait déclaré qu'il ne fallait pas «perdre les pédales» et que les «dirigeants viendraient en temps et lieu, d'ordinaire, à l'étude des crédits». Mais elle s'était ravisée récemment.



Des choses à cacher

La chef péquiste Pauline Marois et le critique François Legault ont répliqué qu'à leurs yeux, c'est parce que le premier ministre et sa grande argentière ont «des choses à cacher» qu'ils refusent de défiler devant la Commission. Pour le Parti québécois, la comparution de M. Charest et de Mme Jérôme-Forget est une condition essentielle à la tenue de la Commission.

À leurs yeux, celle-ci doit aussi durer quelque deux ou trois semaines et non être «expédiée en deux jours», comme le souhaite le gouvernement. En effet, la lettre du 20 février proposait de «tenir une consultation publique». Dans un communiqué, le PQ a dénoncé Jean Charest qui «veut balayer sous le tapis la perte de 40 milliards de dollars en 48 heures, à la sauvette». Mme Marois et M. Legault sont convaincus que le premier ministre était au courant des résultats désastreux de la Caisse bien avant le dévoilement des résultats, mercredi, alors qu'il a toujours soutenu le contraire.

Le PQ estime aussi que toutes les «informations de base» n'ont pas été divulguées, comme la politique de gestion de risque, le niveau de participation de la Caisse dans les entreprises du Québec, la politique détaillée de rémunération. «Ce que la Caisse a dévoilé hier, c'est à peine 40 pages des 600 pages que contient habituellement le rapport annuel. Comment faire un travail sérieux si nous n'avons pas toutes les informations?», s'est interrogé M. Legault.

Le PQ souhaite aussi que des «experts» et des «déposants» (la SAAQ, la CSST, la Régie des rentes, etc.) viennent expliquer les impacts futurs que les pertes de la Caisse auront sur les tarifs que paient des Québécois.

Le gouvernement semblait ouvert, hier soir, à cette dernière demande concernant les sociétés d'État, «même si cela nous aurait contraints à l'ajout d'une troisième journée d'audiences», a-t-on fait savoir. L'attaché de presse du premier ministre, Hugo D'amours, s'attendait toutefois à ce que cette concession ne convainque pas le Parti québécois: «Dans le fond, ils n'en veulent pas de Commission!» Il se disait étonné de voir le PQ prêt à exécuter ce mandat d'initiative «tard en avril, voire en juin».



Sous surveillance

Par ailleurs en soirée hier, la firme de notation de crédit Standard and Poor's a placé la cote de la Caisse de dépôt et placement du Québec sous surveillance avec «implications négatives», en raison de ses rendements «nettement inférieurs» à ceux des autres grandes caisses de retraite canadiennes en 2008 ainsi qu'à une plus grande instabilité au sein de sa haute direction.

Selon Nikola Swann, analyste chez Standard and Poor's, la Caisse de dépôt souffre d'un manque de stabilité et de leadership au sein de sa haute direction à un moment où elle en aurait bien besoin, soulignant que le prochain chef de la direction de l'institution, qui devrait être désigné en 2009 par le gouvernement du Québec, sera le troisième en 12 mois.

***

Avec La Presse canadienne

À voir en vidéo