Nortel abolit 3200 emplois additionnels

Le patron de Nortel, Mike Zafirovski.
Photo: Agence Reuters Le patron de Nortel, Mike Zafirovski.

Après avoir demandé le mois dernier la protection de la cour contre ses créanciers, voici que Nortel annonce une nouvelle vague de supressions d'emplois.

Toronto — Nortel Networks a annoncé hier le licenciement de 3200 employés de plus à travers le monde, soit quelque 10 % de sa main-d'oeuvre de 30 000 personnes, dans le cadre de la restructuration menée par la société sous la protection des tribunaux contre ses créanciers au Canada et aux États-Unis.

Néanmoins, les analystes ne se montraient guère optimistes à la suite de cette annonce, certains d'entre eux affirmant que cette nouvelle vague de mises à pied ne permettrait pas au fabricant de matériel de télécommunications de se tirer des problèmes qui l'accablent — lesquels incluent de lourdes dettes, un marché hautement concurrentiel et les faibles économies de plusieurs pays clés.

«J'aurais davantage d'espoir s'ils avaient une stratégie — ou s'ils avaient au moins indiqué qu'ils ont une stratégie», a affirmé Andy Woyzbun, analyste en chef chez Info-Tech Research Group.

«La question est de savoir où licencier. Si vous procédez à l'aveuglette, c'est idiot. Si vous réduisez [votre main-d'oeuvre] de façon sélective et que vous avez décidé quelles sont les parties de votre entreprise que vous allez alimenter et quelles sont celles qui vont se serrer la ceinture, cela donne, à mon avis, de l'espoir», a-t-il ajouté.

L'entreprise a demandé la protection de la cour contre ses créanciers, le mois dernier, faisant le voeu de poursuivre ses activités à titre de société de plus petite taille, une fois qu'elle aura cédé ses opérations secondaires et procédé à une restructuration.

La société torontoise ne versera aucune indemnité de départ aux travailleurs qui perdront leurs emplois.

Le président et chef de la direction de Nortel, Mike Zafirovski, embauché en novembre 2006 afin de ramener l'entreprise sur la voie du succès, a indiqué hier que la décision de procéder à de nouvelles mises à pied avait été difficile à prendre.

«Il n'y a rien de plus difficile que d'en informer les employés, et Nortel est extrêmement consciente du fardeau financier qui sera infligé aux employés et à leur famille», a affirmé M. Zafirovski par voie de communiqué.

«Nortel est une société stimulée par les gens et par l'innovation. Toutefois, en raison du contexte économique sans précédent et de ses incidences sur les bénéfices, nous devons faire des changements substantiels pour retrouver des assises financières solides», a-t-il ajouté.

Néanmoins, l'entreprise a refusé de préciser quelles seraient les opérations touchées par les licenciements.

À la Bourse de Toronto, hier après-midi, le cours des actions de Nortel était de 10,5 ¢, sans changement par rapport au taux de clôture de la veille.

À voir en vidéo